février 2010


Apremont - un des plus beaux villages de France
Apremont - un des plus beaux villages de France

En ce mois où l’on fête les amoureux, une citation tout à fait romantique de Bob Dylan :

There’s beauty in the silver, singing river

There’s beauty in the sunrise in the sky

But none of these, and nothing else

Can touch the beauty that I remember

In my true love’s eyes

Détail : l’emploi de « remember » , se souvenir et non voir. Les souvenirs seraient-ils plus beaux que le présent ?

Un autre extrait, qui n’a rien à voir. Il s’agit cette fois du poète Rutebeuf et de notre belle langue ancienne. Le roi qui accueille le poète lui fait bonne chère,  littéralement « bon visage » c’est-à-dire « bon accueil ». Peu à peu, l’idée de bon accueil signifiait aussi bon repas et avec peut-être une confusion « chère/chair », l’expression signifie maintenant bien manger.

Et il m’enquist : « comment vous noume

La gent de vostre conissance ?

– Sire, sachiez bien sans doutance

Que hom m’apele Rutebeuf

Qui est dit de rude et de buef

Rutebeuf, biaux très doulz amis,

Puisque Dieux saians vos a mis

Moult suis liez de vostre venue

Je traduis pour plus de commodité :

Comment vous nomment les gens qui vous connaissent ?

Sire, sachez sans en douter que les hommes m’appellent Rutebeuf qui vient de rude et de boeuf.

Eh bien mon ami, puisque Dieu vous a amené jusqu’ici, je suis très heureux de votre venue.

Passons du visage avenant au sourire avec cette citation d’ Octavio Paz :

Dès que l’on comprend qu’on ne détient pas la vérité absolue et que toutes les vérités, en particulier politiques, sont relatives, on s’ouvre à l’ironie et à la pitié envers les autres et envers soi-même.

C’est ce qui manque à notre siècle, une résurrection de la pitié. Ce qu’il y a de si beau dans le boudhisme, c’est qu’il montre des sages qui sourient toujours. Et leur sourire exprime l’ironie et la pitié (…). Il faut introduire en politique le sourire des sages boudhistes.

Quoi de plus mystérieux qu’un sourire et son interprétation ? Ray Bradbury écrit :

He wore his happiness like a mask

De toutes façons, il ne faut bien sûr pas confondre sourire et bonheur. J’en profite pour rendre hommage à un chef d’établissement, martyrisé par une maladie incurable qui l’obligeait parfois à s’arrêter au coin d’un couloir pour reprendre souffle. Puis il repartait, ouvrait la porte d’un bureau et saluait chacun en souriant. « Vous comprenez, me disait-il, je leur dois mon sourire, je ne dois pas leur faire supporter ma souffrance ».

Reste le sourire du Cheshire cat de Lewis Carol, qui est la dernière chose qui subsiste, flottant dans l’air, quand tout a disparu ?

Pour la Chandeleur, dégustez une crêpe « Suzette » : une crêpe arrosée d’un jus de citron et saupoudrée de sucre.

Et enfin un article sur la conjugaison

Publicités

janvier 2011


embarquement pour la nouvelle année

Petit rappel : cette page mensuelle se remplit au fur et à mesure, de tout et de n’importe quoi d’ailleurs. Pour une page complète, il faut donc se reporter au(x) mois précédent(s).

Pour cette année 2011, je vous souhaite de savoir choisir quels sont vos « gros cailloux ». (cf août 2010)

Une astuce :

Si vous ne parvenez pas à choisir entre deux alternatives (oui, c’est une redondance, je sais, les alternatives vont toujours par paires) : choix d’un film, d’un vêtement, ou même choix plus important, vous pouvez utiliser ce petit truc qui permet de savoir ce que votre coeur veut vraiment, caché sous les multiples arguments contradictoires de la raison.

Vous tirez tout simplement à pile ou face et dès que la pièce est tombée, vous ressentirez immédiatement un soulagement ou une déception, alors vous saurez…et vous ne prendrez pas forcément l’option annoncée par la pièce.

Et cette citation de Mallarmé :

Un coup de dé jamais n’abolira le hasard.

Enfin, sachez que les choix que l’on fait ne sont pas toujours aussi importants qu’ils en ont l’air. Au bout du compte, rien n’est soit magnifique soit horrible, le choix se fait entre deux options qui ont toutes deux avantages et inconvénients et il est beaucoup plus important de donner volonté et énergie pour tirer le meilleur de ce qui se présente à vous. Il n’y a peut-être pas de mauvais choix.

Une nouvelle petite anecdote dans « mots d’enfants« 

Une autre suggestion de lecture dans ma bibliothèque idéale : les deux romans autobiographiques de Roald Dahl

Décidément, ranger ma bibliothèque va être un peu long si tous les deux livres, j’écris un nouvel article… Voici Jean Giono

Un peu de mythologie avec Hadès, le dieu des Enfers

Un hommage à Marguerite Boucicaut

et après quelques saintes et leurs attributs

voilà une des plus belles chansons de Léo Ferré : C’est Extra

On termine par un dessert délicieux : recette rapide de pommes au beurre au cognac.