mythologie celtique


Le chaudron de Dagda
Le chaudron de Dagda

Aux IVème et IIIème siècles avant Jésus-Christ, le territoire des Celtes est immense et s’étend de l’Espagne à l’Irlande et à la Hongrie. Ils déclinèrent ensuite sans laisser de traces évidentes en architecture, art ou littérature.

Peuple doté d’un imaginaire très fécond, leur enseignement par les druides était oral. Pas de langue écrite avant le Vème siècle de notre ère donc.

Pourtant, leur éloquence est restée célèbre et leurs légendes transmises oralement ou en chansons depuis ces temps reculés sont toujours appréciées des jeunes gens d’aujourd’hui : c’est dire leur force.

Ce sont ces mythes et traditions qui forment le socle de reconnaissance des ces hommes et femmes si éloignés. Ils sont restés plus vivaces encore en Irlande, pays moins touché par les invasions d’autres civilisations.

Veronica Lons s’appuie sur Le Livre des Invasions, ouvrage datant du XIIème siècle, pour raconter comment Partholon et ses partisans, venus probablement d’Espagne, s’installèrent et introduisirent l’agriculture, l’élevage, le travail de l’or et des métaux avec le premier chaudron, sans oublier le brassage à l’origine de la bière. Leurs ennemis étaient des démons hideux (mais n’est-ce pas toujours le cas des ennemis ?) : les Fomoiré.

Une épidémie vint à bout de ce peuple de Partholon et les occupants suivants de l’Irlande furent les Nemed mais ils se lassèrent de payer trop cher la paix avec les vilains Fomoiré et quittèrent l’île.

Les Fir Bolg, des fermiers venus de Grèce, prirent leur place puis des fir Gaileoin, des Belges, et des Fir Domnann, vraisemblablement gaulois.

Ce n’est qu’ensuite qu’on retrouve la trace de la tribu de Dana, sorte de déesse-mère : les Tuatha De Danaan, arrivés des îles nordiques. Leurs combats sont restés dans les mémoires. La chanson de Manau : La tribu de Dana, en fait foi.

Il faut dire que Dagda, un des héros, avait un appétit fabuleux et ne se déplaçait pas sans un énorme chaudron dans lequel il cuisait ragoûts et pot-au-feu restés dans les mémoires. Figure paternelle et nourricière donc, il convoquait lui-même les saisons.

Sa massue abattait neuf hommes d’un coup et il fallait un chariot pour la transporter. Si on la traînait, elle creusait un énorme fossé qui pouvait servir de frontière entre deux tribus.

Un jeune homme arriva finalement à la tête du peuple de Dana : Lugh. Doté de nombreuses qualités, poète à ses heures, inventeur, doué pour la chasse, la forge, l’artisanat, domaines fort utiles à l’époque, celui-ci maîtrisait également l’art de la sorcellerie. Il sut ainsi ressusciter ses partisans morts lors d’une bataille. Quel homme !

Mais rien ne dure éternellement ici-bas et une nouvelle vague d’envahisseurs prit le pouvoir : les fils de Mil, venus d’Espagne. Il semble que cela coïncide avec l’arrivée du christianisme.

Lugh et la tribu de Dana occupèrent alors le monde souterrain, laissant la surface de l’Irlande aux fils de Mil. On repère encore la présence du peuple sorcier de Lugh grâce aux monticules nommés Fairy mounds, les collines de fées.

La mythologie celtique regorge de nombreuses divinités, héros et légendes. Si vous souhaitez plus d’informations, je vous conseille vivement le Grand Livre des Mythologies de Veronica Lons.

Un commentaire sur « mythologie celtique »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s