Avril 2011


Lyon Parc de la Tête d'Or
Lyon Parc de la Tête d'Or
  • Combien de printemps ?

Voici venu mars et la danse du printemps

un rayon de soleil et une timide primevère pointe son nez

l’exemple est vite suivi et le pré se couvre de touffes colorées

Les violettes entrent dans la danse

et exhalent leur suave parfum

comme ça, pour rien

Alors c’en est fini de la candide pudeur au ras du sol

et les narcisses dressent fièrement leurs corolles

accompagnés par les jacinthes odorantes

De petites feuilles vert tendre couvrent les branches grises

et des promesses d’autres fleurs : lilas, giroflées

sont autant d’annonces de jours meilleurs

Mais le temps s’accélère et à peine a-t-on vu le prunus

se muer en un gigantesque et incroyable bouquet

royalement offert aux gens qui passent

Que déjà la brise légère emporte un à un les pétales roses

qui jonchent bientôt le sol comme pour un mariage

tandis qu’à son tour le cerisier expose ses rameaux magnifiés

Et enivré par la splendeur de la Vie toujours renouvelée

Etourdi par la valse des ans

On se prend à penser, un rien mélancolique

Combien, combien me reste-t-il de printemps ?


  • La citation du mois nous vient de Confucius « La nature fait les hommes semblables, la vie les rend différents. »
  • J’aimerais partager aussi la découverte d’un auteur à l’humour irrésistible : Dean Koontz. Le roman déjanté s’intitule Jour Fatal.
  • et les articles

Michel Serres ( sur l’Education)

Priape, le protecteur des vergers

L’enfant intérieur (un peu de psycho sociologie)

l’Horloge – Charles Baudelaire

Aux Marches du Palais (ah, les chansons d’amour ! La fin vous surprendra peut-être.)

Publicités

Mars 2010


carnaval 2010 Chalon /s/Saône
carnaval 2010 Chalon /s/Saône
  • Voici venu le temps de carnaval, suivi par l’arrivée du printemps et les premières primevères. On dit au revoir à ce long hiver et puisque l’humeur est guillerette, je me permets une petite histoire drôle, n’en déplaise à Michel Polnareff dont j’apprécie fort le talent.

Un homme âgé, disons 80 ans, discute avec son médecin : « C’est incroyable, ma jeune épouse va avoir un enfant. Je ne pensais pas être père à mon âge ! »

–  C’est incroyable en effet, répond le médecin et je vais vous demander votre avis sur une étrange histoire. Imaginez un homme qui se promène en forêt avec son bâton de marche. Il avise un chevreuil et par jeu le met en joue avec son bâton et fait mine de tirer. Le chevreuil tombe mort, atteint d’une balle en pleine tête. Quelle explication donnez-vous ?

– Oh, c’est simple, répond le vieil homme, tout simplement et par une coïncidence amusante, un chasseur se trouvait là qui a tiré et tué le chevreuil.

– Bien, réplique alors le médecin, c’est bien là où je voulais en venir…

  • Le premier article du mois, pourtant , n’est pas gai, mais c’est celui qui est venu sous ma plume : Inconnu à cette adresse de Kressmann Taylor.
  • Un aperçu d’une passionnante conférence vous donnera peut-être envie d’en savoir plus sur l’Art Nouveau et le style nouille et l’art Déco de vous promener à Nancy.
  • Retour à la mythologie avec la belle Sémiramis
  • et enfin une recette de mousse au chocolat
  • Je tiens aussi à rendre hommage à mes collègues Personnels de Direction de l’Éducation Nationale qui rendent leurs palmes académiques en signe de désaccord profond avec ce que devient peu à peu cette grande maison. Je sais l’effort qu’il en coûte et même le déchirement : cette distinction est la seule marque de reconnaissance de tellement d’heures de travail dans l’ombre, parfois de prise de risque, de qualités et de compétences inlassablement mises en œuvre.  Pas un mot de leur ministre en réponse à ce geste fort : quel mépris d’un médiocre envers de si belles âmes !