Janus, le dieu aux deux visages


janus aux deux visages
janus aux deux visages

 L’un des plus anciens dieux du panthéon romain, Janus,  est un dieu lié aux origines de la ville de Rome. Il ne vient pas de la mythologie grecque. Il semble qu’il ait d’abord été humain puis divinisé une fois mort. Ovide reprend une légende selon laquelle il serait né du chaos: les deux visages seraient un reste de cette inorganisation primitive.

 L’âge d’or

Ces temps très anciens sont souvent associés à un âge d’or. C’était le bon vieux temps en quelque sorte. C’est un temps de paix où les hommes sont honnêtes et travailleurs, la terre fertile et la météo clémente. Souvent symbolisé par une corne d’abondance dans les peintures, cette période apparaît dans tous les mythes sur l’origine du monde comme le Paradis perdu et le jardin d’Eden.

 Janus aurait accueilli Saturne, le dieu du temps qui passe, durant son exil de Grèce. On se souvient de la très belle chanson de Brassens: « c’est un joli nom Saturne mais c’est un dieu fort inquiétant. » Saturne est pourtant à l’origine de fêtes sympathiques: les trois jours des saturnales pendant lesquelles tous étaient égaux.  Il n’y avait ni maître ni serviteurs.

Janus aurait inventé l’usage des bateaux pour les longs voyages et non plus seulement pour la pêche côtière, à moins que ce ne soit Saturne qui en ait donné l’idée en arrivant par la mer. Les habitants du Latium devraient à l’un ou à l’autre les débuts de leur civilisation: organisation sociale, lois,culture du sol. numismatique Janus aurait aussi inventé la monnaie pour faciliter les échanges commerciaux. Certaines anciennes pièces romaines retrouvées ont le visage de Janus sur une face et un bateau sur le coté pile.

 La naissance du Tibre

La légende présente de multiples variantes mais on retrouve toujours la présence de Janus à Rome en relation avec un personnage dont on ne connaît que le nom: Camese. Ce Camese est parfois un roi ou encore c‘est le nom de sa femme avec qui il aurait eu un fils nommé Tiber, le nom du Tibre en latin. Janus aurait bâti une cité sur une des collines de Rome qui aurait été baptisée « Janicule ». On lui attribue également un miracle: il fit jaillir une source d’eau chaude au moment où des assaillants (les sabins) attaquaient Rome. Ceux-ci se seraient enfuis devant ce prodige.

Un peu d’étymologie

 Cette source est à l’origine d’une variante ou d’un deuxième mariage avec une nymphe. On sait que ces créatures sont très liées aux sources. Ils auraient eu un fils: Fons. Fons, mot latin ( fons, fontis) qui a donné fontaine, serait le dieu des sources. On retrouve aussi l’origine des fonts baptismaux et l’explication de l’orthographe de ce terme. « Fons » est encore en usage dans le midi de la France pour désigner une fontaine.

Le mot fontanelle provient également du nom du dieu Fons. Une petite fontaine est également une petite fente dans la terre, un peu comparable à la petite béance entre les os au sommet du crâne des bébés.

 Le dieu des portes

 Cet acte de protection de la ville est la raison pour laquelle la porte du temple de Janus restait ouverte en temps de guerre et n’était fermée qu’en temps de paix. On pensait qu’il pourrait porter secours aux habitants plus facilement s’il n’avait pas cette fichue porte à ouvrir. (Où as-tu encore mis la clé, Camese?) Et Janus est devenu le dieu des portes, qu’il s’agisse des portes du domicile ou de la ville ou des portes plus symboliques de la paix ou celles du passage entre une année et la précédente. Le mois de janvier, qui vient du nom Janus, lui est consacré. Le fait qu’il ait deux visages signifie qu’il regarde à la fois devant et derrière lui: donc des deux côtés d’une porte, vers le passé comme vers le futur.

Nous sommes un peu comme lui à chaque passage marqué de notre existence, à chaque départ d’une maison ou sur un quai de gare et bien sûr à chaque nouvel an.

On remarque qu’il sourit d’un côté et a l’air plus triste ou fâché de l’autre. Ce sont aussi les deux faces de l’existence.

Le temple de Janus d’Autun fut construit au premier siècle après Jésus-Christ, à l’écart de la cité. C’est une tour carrée de 24 mètres de hauteur et 16 mètres de côté dont il ne reste que deux pans. Il n’est pas certain que ce monument, appelé « tour de Genetoye » au Moyen-Âge, ait été dédié à Janus.

temple de Janus à Autun
temple de Janus à Autun

www.autun-tourisme.com

melusine-la-fee.over-blog.com

Photo : CDT 71 – Open Sky © http://www.jedecouvrelafrance.com

Publicités

6 commentaires sur « Janus, le dieu aux deux visages »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s