à la Une

Automne 2018


St Loup Hiver 2018 (2)

Bienvenue à mes nouveaux abonnés !

Je ne suis guère assidue à ce blog en ce moment pour cause d’écriture. Il s’agit d’un travail de longue haleine dont vous, abonnés et lecteurs, serez les premiers informés.

Et voici les articles d’automne:

La forêt jardin

Crest-Voland

 

 

 

 

 

 

Publicités
à la Une

ETE 2018


Suisse Mai 2018 (13)

La Suisse est à l’honneur avec cette photo, il m’arrive de quitter ma chère Bourgogne…

J’invite mes lecteurs géographiquement proches à réserver, s’ils le peuvent et le souhaitent, le temps de 14h à 15h chaque mardi d’octobre à mai. Ils pourront alors se rendre à l’Université Populaire de Chalon sur Saône et suivre des séances de discussions littéraires que j’ai l’honneur d’animer.

A chaque séance, un court texte est proposé à la sagacité du groupe pour une enquête « policière » : il s’agit de comprendre comment des traces d’encre sur une page parviennent à procurer une émotion. Il faudra alors chercher des preuves par une observation du texte digne de Sherlock Holmes avec sa loupe et « interroger » les témoins que sont les autres lecteurs présents.

La richesse est dans le groupe, avec des profils que j’espère aussi divers que possible. Les débutants sont les bienvenus. (Nombre limité à 15 personnes).

Lectures recommandées :

  • Mille petits Riens

de Jodi Picoult aux éditions Actes Sud. On est totalement pris par l’histoire de cette sage-femme accusée de meurtre sur un nouveau-né. Une réflexion toute en nuances sur le racisme aux Etats-Unis aujourd’hui.

  • Quand Sort La Recluse – le dernier Fred Vargas. Magistral.

 

  • Préhistoires

de Jean Rouaud chez Folio. Savoureux…

 

  • Petite Histoire de l’Univers

par Stephen Hawking (Flammarion). Cet incroyable génie réussit l’exploit de nous faire un peu mieux comprendre ce que pourrait être l’univers dans l’espace et le temps, avec des images simples.

Quel bonheur de trouver de si belles lectures !

Nouveaux articles : 

Elegy for a walnut tree – W.S.Merwin

Prière – Rosemonde Gérard

Article recommandé parmi les archives :

La cousine Lucienne

Bon, j’ai hésité avec : Judas ou le mal nécessaire

 

à la Une

Printemps 2018


2017 (1)

Mon amie Agnès reconnaîtra ces fleurs.

Je salue amicalement mes lecteurs et en particulier ceux du bout du monde : Nouvelle Calédonie, Saint-Pierre et Miquelon, Syrie, Cameroun, île Maurice et bien d’autres … qui prouvent que la distance n’est rien lorsqu’on partage la beauté d’une langue ou plus simplement un peu d’humour ou une recette de cuisine.

Pour changer un peu, je vais commencer par les articles.

 

  • Allez voir la page précédente (plus bas) pour retrouver les plus récents.

 

 

Et vous, quel est votre article préféré sur ce site ?

 

La bonne nouvelle de ce début de printemps est le film La Forme de l’Eau  de Guillermo del Toro. Courez d’abord le voir et vous lirez ensuite ce que j’ai envie d’en dire mais attention : la traduction en sous-titres fait perdre beaucoup de sa profondeur à ce film hors normes, je ne sais ce qu’il en est de la version française. La bande son originale a des dialogues bien articulés, avec des mots simples, on comprend facilement, tant en russe (pour les russophones éternels débutants comme moi) qu’en anglais.

J’ai aimé l’humour, les couleurs de ce film, les objets du décor, la musique, ce moment comme un trou dans l’espace-temps où pendant 5 minutes notre monde bête et technologique s’efface pour laisser une possibilité de rejoindre un autre monde, et aussi la fin…

Guillermo del Toro a réussi là un chef d’oeuvre de délicatesse, de poésie et de réflexion sur le sens que peuvent prendre nos vies, sur nos valeurs, sur nos priorités. Les thèmes abordés, sans lourdeur aucune sont particulièrement d’actualité : l’instinct de propriété, le pouvoir (et son abus), la réussite sociale, le sexisme, le racisme, la religion, l’amitié, le respect de la loi, du protocole, l’entraide ou la compétition et pourquoi pas la souffrance animale mais surtout l’amour, celui qui vous fait voir comme un dieu vivant l’être que d’autres trouvent monstrueux, celui qui ne se pose pas de question face au handicap, celui qui pourrait soulever des montagnes, celui qui révèle des gens ordinaires comme des héros.

Ce n’est pas pour autant un « feel good movie », on en ressort certes avec une énergie renouvelée mais aussi avec tellement de pistes de réflexion.

Les questions sont multiples : qu’est-ce que la différence ?  Dieu a-t-il créé les hommes à son image ou à sa ressemblance ? Quelle est notre part de divin ? Notre part d’animalité? Qu’est-ce qu’être humain ?

On s’interroge sur des allusions à la Bible ou à la mythologie ou encore à des contes. Dans le désordre: Samson et Dalilah,  peut-être aussi ce colosse aux pieds d’argile qu’est devenue la société occidentale, les dieux antiques ou exotiques, le prince charmant, la Belle et la Bête, la petite sirène qui a perdu sa voix pour vivre dans le monde des humains, où elle est inadaptée, où on ne voit pas sa beauté….

On réfléchit aux symboles de certains objets ou éléments : l’oeuf, l’eau (élément primordial), le sang, des parties du corps comme les cheveux ou les doigts, dont on tire force et puissance ou/et qui peuvent aussi révéler la pourriture intérieure, l’électricité (énergie de la civilisation actuelle) qui produit des étincelles entre un être positif et une âme négative, la force du rêve, l’éternelle opposition entre le sec et l’humide, entre le yin et le yang, entre le bien et le mal…

Et puis cette poésie, qui ne passe pas uniquement par les mots, mais aussi par la langue des signes, par des objets ou des situations, cette poésie qui dit tellement de choses à la fois…

J’attends avec impatience vos commentaires…

 

 

à la Une

Janvier 2018


OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Bonne nouvelle année à mes 399 abonnés et à tous mes visiteurs occasionnels, (environ 300 par jour). Comme ce petit enfant sur un pont de Londres, nous nous demandons bien ce que l’avenir nous réserve.

Commençons par une gourmandise :

Cookies

Plus sensuel encore ce petit bijou :

Sonnet – Maurice Ralliant

Et enfin un retour de la mythologie biblique avec :

Jonas

Continuons avec cette idée que j’ai piochée je ne sais où : prendre un bocal ou une boîte et chaque fois qu’il vous arrive quelque chose de bien cette année, placer une petite note ou un post-it dans ce récipient. Chaque fin de mois ou d’année ou lorsque vous avez un « petit coup de mou », relisez la trace de vos petits bonheurs d’un jour.

et bien sûr l’article de saison :

janus

à suivre…

à la Une

Hiver 2017/2018


aut 17 (1)

Que diriez-vous d’un joli poème nostalgique pour commencer cette page ?

J’aimerais aussi vous parler de cette journée festive de Noël, partagée cette année avec les « Restos du Coeur ». Nous pensions leur apporter notre contribution : le spectacle La Fille du Père Noël, que nous avons joué gratuitement. Nous sommes repartis plus riches intérieurement que nous n’étions arrivés grâce à deux rencontres:

D’abord celle de Cosette, chanteuse de rue, accompagnée de son orgue de Barbarie. Cosette, c’est son nom d’artiste : « devinez pourquoi » lance-t-elle dans un éclat de rire.

Elle a 450 € pour vivre, ce qui lui assure un toit, l’eau et l’électricité. Après, il faut manger. Alors, elle se rend sur des brocantes, des marchés et chante pour quelques euros. Souvent, un commerçant lui donne un sandwich ou des légumes. Elle trouve que les gens sont si gentils et elle aime les ambiances gaies.

Elle mord dans la vie à pleine dents, ayant une éternelle soif d’apprendre. « J’aimerais faire du droit ». En même temps, elle est entourée de ses amis, ceux que l’on n’aime pas voir : un petit voisin trisomique, un compagnon qui a besoin de soins psychiatriques… « J’aime redresser ce qui est tordu », dit-elle en riant.

Puis elle ajoute « Pour moi, la vie, c’est que du bonus, sans la CMU, je serai déjà morte. »

Si vous voulez la voir et surtout l’entendre, contactez-la : cosette2005@wanadoo.fr

La deuxième rencontre de cette journée est celle de cette jeune femme à la longue tresse, qui est arrivée portant un gâteau magnifique : une véritable oeuvre d’art sur le thème de Noël ! Elle était pâtissière en Arménie, avant que la politique des grands de ce monde ne la jette sur les routes de l’exil avec son mari, sa mère, et ses trois petits garçons. Elle va s’en sortir, c’est sûr, mais que ce serait bien si quelqu’un pouvait accélérer les choses. Une embauche, une carte de séjour, et tout cela ne serait pour eux cinq qu’un mauvais souvenir. Contactez les restos du coeur de Paray le Monial si vous souhaitez l’aider.

Et bien voilà un deuxième poème nostalgique ou plutôt romantique :

The Listeners

Et puis une réflexion politique : Utopies et Dystopies

Enfin je rappelle mes articles sur le thème de Noël :

L’orange de Noël

Saint Nicolas

Le Père Noël et la petite fille – Brassens

Joyeux Noël – Barbara

Un conte de Noël : le bœuf et l’âne de la crèche

le sapin – conte d’Andersen

Pour l’année 2017, mon texte le moins lu est Saint Sébastien , rien à voir avec Noël mais je lui donne un petit coup de pouce.

à la Une

Automne 2017


Voilier de Gilles (58)

Conseiller un bon livre ou un bon film, c’est comme offrir un cadeau. Pour ma part, je l’apprécie tout autant. Alors, pour fêter mes nouveaux abonnés et remercier les anciens de leur fidélité voici ma moisson d’automne :

Livres : 

  • The Giver – Lois Lowry ( Le Passeur en français)

C’est un roman initiatique pour adolescents mais sa lecture nous interpelle, quelque soit notre âge, et nous fait longuement réfléchir. Paru en 1993, il est étonnamment actuel et résonne profondément. C’est le premier d’une trilogie, donc de bons moments de lecture en perspective. Ce tome-ci vous fera intensément ressentir l’importance et le poids de la mémoire, de la liberté et des choix de vie. C’est le genre de roman qu’on a du mal à poser avant la fin. Le texte original ne présente pas de difficulté, profitez-en pour le découvrir.

  • Tales of the Otori – Lian Hearn / Accross The Nightingale Floor

Encore une trilogie ! Ce conte féodal asiatique est très bien écrit : c’est un véritable  plaisir ! Les personnages sont complexes, l’action prenante. On retrouve les éléments du conte et notre âme d’enfant mais l’auteur s’adresse bien aux adultes. La perte irrémédiable et brutale de l’enfance, les deuils, l’esprit de vengeance qui s’oppose à la fidélité à des valeurs, l’importance de l’apprentissage et les talents que nous pouvons cultiver, l’idée que rien n’arrive tout à fait par hasard sont autant de thèmes qui m’ont plu et, là encore, donnent à réfléchir.

Film :

  •  Tous les soleils – de Philippe Claudel

Daté de 2011, c’est un film dont on ressort plein d’énergie et d’envie de mordre dans la vie à pleines dents. Magnifiquement interprété, avec de beaux personnages et ce fabuleux thème de l’amour dont on ne se lasse pas : amour pour une femme mais aussi amour filial, fraternel, parental; l’amour qui entraîne parfois sur une fausse piste au lieu de la vraie vie… Enfin, là encore de quoi alimenter un « après- film » si vous le regardez avec des amis.

La musique est d’ailleurs un personnage à part entière, celle de la Tarentelle qui vous guérit de la piqûre de la tarentule, le mal d’amour.

J’ai de loin préféré ce film à « Il y a longtemps que je t’aime » du même auteur. Je suis, c’est vrai, très difficile, et je n’aime ni les comédies sans profondeur ni les films tristes. Il est pourtant difficile de parler de choses graves sur un ton léger, c’est un pari réussi ici.

Articles du blog :

Pensées diverses:

  • Je conseille aux curieux les cours d’Hébreu ancien à l’Université Populaire de Chalon sur Saône. Le professeur est passionné et passionnant. Jamais je n’aurais eu l’idée d’étudier cette langue, n’étant aucunement attirée par cette civilisation mais j’aime les alphabets différents, j’aime comprendre comment une langue, une écriture, se forme, se développe. Et pensant qu’on allait me parler de choses très anciennes, ce qui est d’ailleurs le cas, je me suis aperçue qu’on me parlait d’humanité et aussi de moi-même, en fait. A tester, auprès de quelqu’un d’aussi érudit que lui, si possible.

Au détour d’une conversation, j’ai ainsi appris que le cimetière se dit en hébreu « maison des vivants », de quoi alimenter pensées et divagations…

 

Crest-Voland


“L’automne est un second printemps où chaque feuille est une fleur.”

Albert Camus

 

En vacances pour quelques jours à Crest-Voland, dans le chalet aimablement prêté par mon frère Gil, je reste émerveillée par le paysage que j’ai sous les yeux,. Je regrette seulement de ne pouvoir mettre en image cet instant de beauté éphémère. Evidemment, on pourrait aisément souligner au feutre la ligne des cimes des montagnes qui se détachent nettement sur le bleu pur du ciel mais comment ajouter le parfum montant de l’herbe humide, les clarines des vaches, l’écho d’un aboiement quelque part dans le village encore ensoleillé? C’est la fin du jour, un noisetier tout proche fait miroiter ses feuilles tandis qu’un oiseau s’envole brusquement dans un froissement d’ailes. Les nuances de vert sur les adrets sont peu à peu gagnées par les ombres grandissantes des sommets, les contours des roches deviennent progressivement indistincts dans la brume qui s’élève: on voudrait arrêter le temps.

février – mars 2018


aut 17 (5)

Bienvenue à mes nouveaux abonnés et bonne fête à tous les amoureux. Etre amoureux rend parfois un peu stupide, c’est vrai, mais c’est si bon de perdre la tête pendant …un certain temps… Et puis l’amour est un tel créateur d’énergie et de motivation.

Peut-on être amoureux de plusieurs personnes à la fois ? Pour ma part, je le suis, entre autres de Beethoven et de Philibert le Beau dont vous pouvez admirer à Brou deux gisants qui le présentent dans tout l’apparat de sa gloire et dans le plus simple appareil.

La danse est un formidable révélateur du couple, je vous incite à aller découvrir les « bals trad ». Pour 5 €, vous avez droit à une ambiance festive et décontractée, avec des musiciens heureux de partager leur passion avec vous. Le spectacle est aussi dans la salle, avec quelques excellents danseurs et l’énergie et le sourire des nombreux jeunes (et moins jeunes) gens qui viennent simplement s’amuser ce soir-là.

La danse la plus romantique est sans conteste la mazurka, pour ce silence au milieu de la mesure où l’on est comme suspendu à deux hors du temps.

On peut faire des rencontres intéressantes: la dernière fois, l’orchestre venait d’un hameau auto-suffisant : la Chavannée. La fois précédente, un groupe de danseurs venus de tous les milieux sociaux m’a raconté comment ils se retrouvent deux fois par an pour les « huttes d’équinoxe » : un temps de méditation et de purification où on se jette dans l’eau d’un lac parfois à moins de 5°C après un sauna (c’est un peu plus compliqué que ça mais je résume). Très peu pour moi qui préfère rêvasser bêtement dans la solitude et le confort de ma salle de bain mais combien intéressant à connaître. Parfois, on partage un repas avec les musiciens, chacun apportant un plat. Bref, un temps d’humanité, si rare.

Les articles de saison seront évidemment :

Pourquoi Saint Valentin est-il le patron des amoureux ?

Recette de petits sablés aphrodisiaques

Plus sérieusement, je vous invite à lire le résultat de mes plus récentes élucubrations:

Léviathan – W S Merwin

Myriam  la soeur de Moïse – Mon article préféré parmi tous ceux que j’ai écrits à ce jour.

Le Lièvre et la Tortue – Jean de La Fontaine

La mort et le bûcheron – La Fontaine

Francis Cabrel – La Robe et l’Echelle

Scarborough Fair

Et une recette : Boulettes aux pois chiches

Enfin l’article que j’aimerais aider ce mois-ci est le tout premier que j’ai écrit ici, il y a quelques années:

Arachné