février 2010


Apremont - un des plus beaux villages de France
Apremont - un des plus beaux villages de France

En ce mois où l’on fête les amoureux, une citation tout à fait romantique de Bob Dylan :

There’s beauty in the silver, singing river

There’s beauty in the sunrise in the sky

But none of these, and nothing else

Can touch the beauty that I remember

In my true love’s eyes

Détail : l’emploi de « remember » , se souvenir et non voir. Les souvenirs seraient-ils plus beaux que le présent ?

Un autre extrait, qui n’a rien à voir. Il s’agit cette fois du poète Rutebeuf et de notre belle langue ancienne. Le roi qui accueille le poète lui fait bonne chère,  littéralement « bon visage » c’est-à-dire « bon accueil ». Peu à peu, l’idée de bon accueil signifiait aussi bon repas et avec peut-être une confusion « chère/chair », l’expression signifie maintenant bien manger.

Et il m’enquist : « comment vous noume

La gent de vostre conissance ?

– Sire, sachiez bien sans doutance

Que hom m’apele Rutebeuf

Qui est dit de rude et de buef

Rutebeuf, biaux très doulz amis,

Puisque Dieux saians vos a mis

Moult suis liez de vostre venue

Je traduis pour plus de commodité :

Comment vous nomment les gens qui vous connaissent ?

Sire, sachez sans en douter que les hommes m’appellent Rutebeuf qui vient de rude et de boeuf.

Eh bien mon ami, puisque Dieu vous a amené jusqu’ici, je suis très heureux de votre venue.

Passons du visage avenant au sourire avec cette citation d’ Octavio Paz :

Dès que l’on comprend qu’on ne détient pas la vérité absolue et que toutes les vérités, en particulier politiques, sont relatives, on s’ouvre à l’ironie et à la pitié envers les autres et envers soi-même.

C’est ce qui manque à notre siècle, une résurrection de la pitié. Ce qu’il y a de si beau dans le boudhisme, c’est qu’il montre des sages qui sourient toujours. Et leur sourire exprime l’ironie et la pitié (…). Il faut introduire en politique le sourire des sages boudhistes.

Quoi de plus mystérieux qu’un sourire et son interprétation ? Ray Bradbury écrit :

He wore his happiness like a mask

De toutes façons, il ne faut bien sûr pas confondre sourire et bonheur. J’en profite pour rendre hommage à un chef d’établissement, martyrisé par une maladie incurable qui l’obligeait parfois à s’arrêter au coin d’un couloir pour reprendre souffle. Puis il repartait, ouvrait la porte d’un bureau et saluait chacun en souriant. « Vous comprenez, me disait-il, je leur dois mon sourire, je ne dois pas leur faire supporter ma souffrance ».

Reste le sourire du Cheshire cat de Lewis Carol, qui est la dernière chose qui subsiste, flottant dans l’air, quand tout a disparu ?

Pour la Chandeleur, dégustez une crêpe « Suzette » : une crêpe arrosée d’un jus de citron et saupoudrée de sucre.

Et enfin un article sur la conjugaison

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s