3 jours à Milan


Un aperçu de mes trois jours à Milan.

Premier jour : Après une arrivée en fin de matinée, j’ai pris la direction du quartier du Duomo. Cet édifice magnifique, tout en marbre intérieur/extérieur du haut en bas, vaut vraiment le détour. Le tarif de 5 € permet également l’entrée dans un musée lapidaire aux élégantes statues  du XIIéme, XIVème et XVème siècles, étonnamment modernes. J’ai particulièrement aimé un groupe de deux anges, l’un souriant, l’autre sévère. Il faudra que je fasse des recherches sur la dame de l’Apocalypse et sur un serpent à sept têtes dans le désert, entre autres. Cette visite a relancé mon envie d’écrire.

Après avoir fait un tour dans la magnifique galerie marchande voisine, surmontée d’une verrière historique, j’ai ensuite marché  jusqu’à la Scala pour voir le programme puis il m’a semblé que j’avais bien mérité une énorme glace au café. J’ai pris le temps de me promener dans les jardins Montanelli, admirant entre autres les quatre cavaliers de l’apocalypse et le cavalier blanc de la paix.

Deuxième jour : L’expo bien sûr! J’étais à Rho Fiera dès 9 heures du matin, ce qui m’a évité une première queue. Je suis entrée à 9h30 pour ressortir à près de 19 heures, éreintée mais contente de ma journée.

Je recommande le grand pavillon du Népal pour son architecture, le pavillon France avec son superbe potager. La Bretagne était à l’honneur mais sans être chauvine, je pense que la région Bourgogne aurait pu attirer beaucoup de touristes potentiels, avec sa diversité de paysages, son histoire, son architecture et sa gastronomie.

J’ai été séduite par la Russie pour son entrée superbe avec l’immense miroir au-dessus de nous, le passage dans les quatre éléments, l’arrivée dans le magnifique herbier des plantes médicinales et comestibles qui poussent dans cet immense pays. J’ai beaucoup aimé l’architecture du pavillon du Bahrein. J’ai découvert les îles Grenadines et d’autres îles et petits états comme Ste Lucie, les Barbades, qui manquaient de financement mais pas d’idées : quand on n’a que 3 m² à disposition, un peu de sable blanc des plages, un poster, un transat et une invitation à faire une photo comme si vous y étiez vous donnent envie de passer des vacances là-bas. J’ai vu une rizière pour la première fois.

Le pavillon des USA comporte un immense potager vertical installé sur des panneaux pivotants pour avoir le meilleur angle par rapport au soleil. J’ai aimé à l’intérieur les jeux qui font de personnes ne se connaissant pas une équipe de production de nourriture : chacun est complémentaire, on a besoin des autres et de leurs différences, l’idée est simple mais elle est amenée avec intelligence, dans un lieu où les visiteurs passent rapidement.

Pour ceux qui souhaitaient approfondir leur réflexion, débats et conférences se succédaient.

A éviter, à mon avis, le pavillon chinois avec une heure et demie de queue. Du thème « nourriture et développement durable » ils ont compris « montrez votre technologie » et le dessin animé en 3D sans lunette est sans doute une performance mais n’a aucun humour ni poésie, ou alors ça m’a échappé. (Je précise qu’il n’y avait pas de paroles…)

Le petit pavillon de l’Union européenne est à pleurer de laideur et de niaiserie. Le dessin animé aux personnages moches, allégories de la Science trop sûre d’elle et du gentil Nature qui finiront par se marier pour faire un bon pain, n’a aucun attrait. Les jeunes animateurs font vraiment tout  ce qu’ils peuvent pour animer cette triste structure où on ne peut même pas s’asseoir.

J’ai déjeuné au bord de l’eau dans le pavillon iranien. La boisson au safran est excellente. Plus tard et plus loin, je prendrai une limonade fraiche (à base de citron) à la menthe dont je garderai le souvenir.

J’ai acheté des bibelots locaux dans l’espace de Maynmar, j’ai essayé des vêtements virtuels dans le pavillon égyptien, bref, je me suis bien amusée.

Troisième jour : J’ai pris le vieux tramway pour le centre ville et le palais Sforzesco. Cette étonnante forteresse renferme des écoles spécialisées ( lutherie, hautes études des arts visuels), de  très nombreux et intéressants musées ainsi que plusieurs expositions,  tout cela pour le prix d’un seul billet. Je suis entrée dans le plus grand violon du monde pour regarder travailler les élèves luthiers . L’après-midi, on peut assister à des concerts.

J’ai aimé l’exposition d’aquarelles sur l’œuvre de Dante et, dans un tout autre domaine, celle sur le pays de Cocagne. Je suis allée voir la dernière sculpture inachevée de Michel Ange :le pietà Rondanini. J’ai bien aimé aussi le musée des arts déco. J’ai vu encore trois ou quatre musées mais j’ai préféré ensuite me promener dans les grands  jardins attenants et me régaler d’une orange pressée. Tant pis pour la douzaine d’autres musées, ce sera pour une autre fois. Il était l’heure de reprendre le train.

Publicités