Annie Cordy – La Bonne du Curé


 

chanson sur youtube

Pour Gaëtan,

Voici donc l’étude d’une chanson gaie, destinée à faire rire, afin de redonner un peu de couleur rose à un blog parfois trop pessimiste.

 

Le texte laisse bien sûr toute sa place aux pitreries et au costume comique de « La bonne du Curé ». Ainsi « avoir du style » fera d’autant plus rire que le personnage en est très loin.

La musique souligne bien les rimes toutes les 3 syllabes, comme dans une comptine enfantine : J’ voudrais bien / Mais j’peux point. On entend même des choeurs qui font « oin oin oin », soulignés par un grincement de violon.

Le rythme est celui d’une danse pataude, avec de lourdes accentuations :

C’est point commode / D’être à la mode

Le langage et la prononciation caractérisent le personnage de fille un peu bébête, type Bécassine, et sortant de la campagne profonde. Le texte utilise des mots simples et des expressions démodées comme « point » au lieu de « pas ».

Enfin, il est traditionnel de se moquer de tout ce qui touche à la religion et en particulier du personnage du curé de campagne. Celui-ci est affublé d’une bonne qui est plus portée sur les plaisirs charnels que sur la religion. Le décalage est source de comique.

On rit ainsi de l’opposition entre cette brave fille auquel le diable donne des idées et des besoins sexuels décrits physiquement :

Ca me chatouille / ça me gratouille

et les grenouilles de bénitiers qui sont comme chacun sait ces vieilles demoiselles confites de dévotion, ayant en horreur le sexe et plus largement la joie de vivre.

Quand aux bêtises derrière l’église, le rire vient des souvenirs ou de l’imagination des auditeurs. La proximité du lieu saint ne fait qu’ajouter à la drôlerie. Et puisqu’elle ne peut pas s’en empêcher, ses bêtises lui sont pardonnées par une divinité amusée : le bon Dieu devenant pour une fois le bon diable.

La logique de cette brave fille nous amuse par sa naïveté :  la musique de Claude François est sans conteste plus festive que celle des cantiques. Cette fraîcheur est parfois bienvenue dans un siècle souvent bien cérébral. Là, « on ne se prend pas la tête »…

 

Publicités

La dame de Haute Savoie


La simplicité des mots de la poésie de Francis Cabrel me touche profondément, en particulier dans ce texte, le premier, je crois, que j’ai entendu de lui. Je vous livre d’abord ma lecture de ce texte et ensuite une utilisation possible en FLE (apprentissage du français langue étrangère) tant il me semble qu’on apprenne tellement mieux avec des chansons.

Je vous renvoie au texte sur Youtube https://www.youtube.com/watch?v=BUoUKJCHN7o

Tout d’abord le champ lexical du repos : « fatigué », « dormir » peut aussi faire penser à un repos éternel avec la blancheur et le froid de la neige, le blanc étant la couleur du deuil chez les asiatiques. Cette dame comme posée sur une haute montagne qui fait le lien entre le ciel et la terre semble avoir aussi le pouvoir de faire tomber la nuit… C’est le dernier refuge quand on n’a plus envie de faire partie du groupe humain.

Le narrateur est déjà coupé de ses semblables : son sourire n’est que de façade, il voit les autres déshumanisés, comme une meute. Le groupe est effrayant car il forme un tout et  ne semble pas constitué d’individus autonomes, sensibles et capables d’autonomie.

Il n’y a plus d’espoir puisque « demain » n’apporte rien d’autre comme le souligne le restrictif « que » : « plus que des murs » « que des cris ». Pour le moment présent, on pressent cette fatigue, cette lassitude de la vie, cette désillusion. On n’en n’est pas encore là comme l’indique l’utilisation du futur mais les conditions sont toutes réunies pour que cela arrive inéluctablement. Le « métier où tu marches ou tu crèves » est bien décrit au présent.

Paradoxalement, la mort souhaitée permettrait de sortir de cette brume, ce rêve qui caractérise le réel. La mort serait donc vue comme le soulèvement de ce dernier voile et la fin des illusions, comme quelque chose de plus concret que le présent.

Le troisième couplet montre ces « vacances » de la vie comme un décor somptueux : mélange de l’émerveillement de l’enfance avec le thème de Noël, les guirlandes qui tombent du toit et de l’infini du cosmos avec les étoiles. Cette dame qui nous attend est une sorte de fée : il lui suffit de claquer des doigts pour que la nuit descende, pour que notre dernier sommeil nous emporte.

Le temps n’est pas venu pourtant, il faut encore terminer la mission sur terre et « tout  » donner. Le chanteur sait qu’alors beaucoup seront tentés de s’accrocher à une religion qui redonnera un sens à leur vie. On s’accroche ainsi « au premier Jésus Christ qui passe ».

Il ne partira pourtant pas seul et les mains vides, son chien et sa guitare l’accompagneront, ce qui montre que sa vie n’aura pas été vaine, qu’il restera l’affection et la musique qui le suivront dans l’au-delà.

FLE

Utilisation libre de droits (en ce qui me concerne) pour l’apprentissage du français sur plusieurs séances. Ce texte permet l’apprentissage de vocabulaire de base et de quelques notions grammaticales de manière agréable.

On peut prévoir une carte de France et quelques photos afin de situer la Haute Savoie géographiquement et dans les esprits. L’apprentissage s’appuie ainsi déjà sur un socle.

Premier travail possible en  vocabulaire haut / bas – montagne – description de la photo avec arbre et sapin. Les couleurs : blanc / noir.

Je préconise de passer assez rapidement sur le vocabulaire, il y aura de multiples occasions de revenir sur ces mots courants. Il s’agit d’une première approche, il est inutile de tout retenir.

Puis la marque du féminin, en s’amusant de ce que le français attribue un sexe à une montagne.  Haut / Haute –   Bas / basse – blanc / blanche – Noir / noire

Laissons tomber pour l’instant la marque du pluriel sauf s’il y a question. On ne peut pas tout faire à la fois.

Puis écoute de la chanson puis distribution du texte et ré écoute, plusieurs fois selon les demandes.

Le titre donne l’occasion de voir le vocabulaire dame / femme / madame.

« Haute » et « Savoie » sont déjà vus.

Laissons tomber les déterminants ou éléments de coordination, prépositions… « la » « de ». Il convient d’apprendre d’abord à voir dans un texte oral ou écrit de quoi l’on parle, vaguement d’abord puis de manière progressivement plus précise. On s’intéresse donc surtout aux mots clés.

On poursuit avec le vocabulaire « fatigué »,  « dormir, « gens », « sourire » et « rire ».

Grammaticalement, on peut ensuite voir le verbe « écraser » avec « il écrase » et « ils écrasent ». Inutile de voir le même jour toutes les personnes.

Ils ne restera à voir en vocabulaire que « phrases » « mots » « dire »et « murs » pour terminer le premier couplet.

On pourra ensuite revenir sur ce premier couplet après l’avoir chanté et un peu mémorisé avec l’interrogatif « Quand » et en  conjugaison : j’étais /je suis / je serai. Inutile de se farcir la tête avec l’infinitif et les autres personnes pour le moment.

La troisième phase pourra consister à simplement répondre aux questions. C’est vraisemblablement là qu’apparaîtront « Chez » et « j’irai ». Bien sûr, le rapprochement « j’irai » et « je serai » pourra donner l’occasion d’élargir avec  « je chanterai » par exemple et « je dirai », « je dormirai »… Attention à ne pas mêler tout de suite « je voudrais » et « j’aimerais » qui sont souvent utilisés au conditionnel.

« Voleront en éclats » peut être simplement expliqué avec l’équivalent « se casseront ». On peut ajouter la troisième personne du futur à cette occasion et reprendre les verbes vus précédemment.

Tout cela, je le répète, s’inscrit sur plusieurs séances. Il vaut mieux passer du temps sur le plaisir de chanter, ce qui permet de travailler sans même s’en rendre compte la prononciation et en particulier l’appui sur les finales des mots. On pourra remarquer à l’occasion que les voyelles sont  toujours fermées en fin de mot (on promonce « fatigu – é et non pas fatigu – ai).

Le reste de la chanson pourra s’étudier dans le même esprit avant de revenir, avec ce texte ou un autre pour éviter la lassitude, sur les déterminants et tous les « petits mots » laissés de côté et élargir l’étude aux mots de la même famille : montagne / montagneux…

 

 

 

sorte de poulet chasseur


Ingrédients :

  • un poulet fermier
  • vin blanc
  • champignons (en boite si on veut)
  • crème
  • farine ou fécule
  • ce qu’on a sous la main : oignons, carottes, pesto, reste d’olives apéritif, figues fraîches, beurre persillé…

Vous commencez la préparation tout de suite après le petit déjeuner car cela mijote doucement et longtemps (1 à 2 heures).

  • Découpez le poulet, pelez et couper les 2 carottes en tranches fines, épluchez et coupez les 3 oignons.
  • Faites revenir tout cela dans un mélange beurre et huile.
  • saupoudrez de farine ou fécule et remuez bien encore.
  • arrosez de vin blanc et d’un petit peu d’eau en remuant encore.
  • salez, poivrez, pimentez d’espelette…2 feuilles de laurier seront les bienvenues.
  • ajoutez pesto, beurre persillé (1 cuillère à café de chaque)
  • ajoutez olives et champignons.
  • Monter à une très légère ébullition puis laissez mijoter à feu très doux.
  • 30 mn avant la fin, ajoutez les figues
  • 10 mn avant la fin, ajoutez la crème fraiche.

La viande doit bien se détacher de l’os. On peut servir sur des croûtons aillés ou avec du riz en accompagnement.

Je me suis bien régalée, je vous souhaite la même chose.