Sisyphe


le rocher de Sisyphe
le rocher de Sisyphe

Nous nous sentons quelque point commun avec ce mortel puni par les dieux et qui remonte inlassablement son rocher jusqu’en haut d’une pente pour ensuite le voir rouler jusqu’en bas et devoir tout recommencer. Parfois, le lundi matin a ce quelque chose de désespérant comme si nous nous trouvions à nouveau en bas de la pente.

 Kipling nous l’annonce :

Si tu peux voir détruit l’ouvrage de ta vie

Et sans dire un seul mot te mettre à rebâtir,

[…] Tu seras un homme, mon fils

 Pourtant Sisyphe était un homme célèbre pour son esprit rusé et il avait su se tirer de situations autrement délicates mais il faut croire qu’à ce lot commun-là personne n’échappe.

Fils d’Eole, Sisyphe règne sur Corinthe, succédant peut-être à Médée.

Prévoyant, Sisyphe avait fait graver son nom sous le sabot de chaque tête de son bétail et put ainsi confondre le voleur : Autolycos.

Cet Autolycos célébra un jour le mariage de sa fille Anticlée avec Laerte et Sisyphe, peu scrupuleux, trouva le moyen de devenir l’amant de la jeune fille pendant la nuit de noces. Il faut croire que le mari avait un peu trop forcé sur l’alcool pendant la fête…

Le fils qui naquit de cette courte union reçut le nom d’Ulysse et devint aussi rusé que son père.

Mais qu’avait donc fait Sisyphe pour déplaire ainsi aux dieux et mériter son châtiment ?

Sisyphe avait vu Zeus et la jeune Egine passer par Corinthe et lorsque le fleuve Asopos, père de la jeune fille, lui demanda qui avait enlevé sa fille, Sisyphe lui révéla le nom du séducteur. En échange de ce service, l’Asopos fit jaillir une fontaine en haut de la citadelle de Corinthe.

Zeus, très mécontent d’avoir été ainsi « balancé », envoya Thanatos, la Mort, à Sisyphe. Celui-ci réussit à l’enchaîner et comme dans certaines légendes un peu partout dans le monde, le vieux rêve de ne voir plus personne mourir se réalisa. La situation devenant intenable, Zeus força Sisyphe à libérer Thanatos et celui-ci fut sa première victime mais il avait auparavant conçut un autre stratagème : il avait demandé secrètement à sa femme qu’on ne lui rende pas les honneurs funèbres. En passant, sachez que sa femme Méropée est la seule des Pléïades à avoir épousé un mortel, ce qui explique que son étoile ait un peu moins d’éclat que les autres.

Sisyphe arrive donc aux Enfers et se plaint à Hadès du peu de considération de sa femme. Hadès trouve en effet que celle-ci agit bien mal et permet à Sisyphe de revenir la châtier. Evidemment, Sisyphe ne retournera pas de sitôt aux Enfers et vivra jusqu’à un âge avancé.

Lorsque enfin il rejoignit définitivement les Enfers, les dieux conçurent cette tâche qui ne lui laissait aucun temps libre afin d’éviter toute nouvelle tentative d’évasion.

Dans Le Mythe de Sisyphe, Albert Camus renouvelle l’interprétation :

Cet univers désormais sans maître ne lui paraît ni stérile ni fertile. Chacun des grains de cette pierre, chaque éclat minéral de cette montagne pleine de nuit, à lui seul, forme un monde. La lutte elle-même vers les sommets suffit à remplir un cœur d’homme. Il faut imaginer Sisyphe heureux.

Aimer l’effort pour lui-même et non pour son but, c’est peut-être le secret du bonheur : le chemin vaut mieux que la destination.

Un commentaire sur « Sisyphe »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s