Chroniques martiennes – Ray Bradbury


la planète Mars
la planète Mars

Faisant écho aux Lettres Persanes de Montesquieu, Ray Bradbury reprend l’outil de la « vision de l’extérieur » pour mieux faire la critique de la société occidentale et de ses dérives mercantilistes.

Le poète et romancier est aussi un visionnaire étonnant dans cette œuvre de Science-fiction publiée en 1950.

Les Chroniques Martiennes sont une suite de nouvelles n’ayant de rapport entre elles que la planète Mars et l’attirance qu’elle exerce, que cette planète soit un rêve, un cauchemar, un reflet ou un repoussoir. Mars et les martiens ont tant servis de base de films ou autres œuvres parfois bien décevantes qu’on peut se dire « encore ! », sauf qu’ici, en allant sur Mars, nous apprendrons peut-être à nous poser les  questions qui dérangent et à mieux nous connaître.

Parfois, on croit y voir ce que l’on souhaite, comme le miroir aux alouettes, mais c’est un piège mortel et en nous jetant dans les bras de ceux qui ont l’apparence d’êtres aimés, nous tombons sur nos assassins. Méfions-nous des apparences donc, et de notre affectif qui nous fait perdre notre lucidité et nos défenses. Pensée toujours valable en politique actuelle par exemple.

Une fois, l’auteur nous décrit une maison où la domotique a remplacé les humains, morts dans une explosion nucléaire et tout continue à fonctionner, comme une vie qui n’aurait pas de sens. Mais notre vie a-t-elle un sens et sommes-nous parfois autre chose que des robots? Et cette course à la robotisation, ce travail pour pouvoir se payer cela, ces efforts pour produire toujours plus, et toujours plus de bombes ou de centrales dangereuses, cela a-t-il un sens pour l’humanité ?

Puis tout se détraque peu à peu. Seule subsiste sur un mur l’ombre de deux enfants qui jouaient à la balle au moment de l’explosion, comme une photo prise avec un flash surpuissant, comme pour nous rappeler aussi que la futilité d’un instant d’innocence et de bonheur a peut-être plus d’importance que ce qui est très sérieux…

Un commentaire sur « Chroniques martiennes – Ray Bradbury »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s