Si j’étais ton chemin – Yves Dutheil


Un chemin dans le Morvan - photo personnelle
Un chemin dans le Morvan - photo personnelle

 

Ce très beau texte d’Yves Dutheil, écrit pour son petit-fils, reprend très simplement ce qu’on peut souhaiter à sa descendance, sous la forme d’une longue métaphore filée : «si j’étais ton chemin».

Le début et la fin du texte se répondent :

Assis près du grand saule, au milieu du jardin
Comme à tes premiers jours, penché sur ton couffin

[…]

Et je m’endormirais à l’ombre du grand saule
Où je berçais sans fin le début de ta vie

Comme chacun de nous devant un bébé, l’auteur essaie d’imaginer ce que sera la vie de ce nouvel être.

J’essaie d’imaginer le cours de ton histoire
Les lignes de ta main

Le grand-père insiste sur la nécessaire humilité, sur le respect que l’on doit à un individu forcément autre que soi.

Je serais la poussière qui s’envole à tes pieds

Cependant, le bonheur (ou la capacité au bonheur) se transmet aussi et le chemin, alias l’ascendant, laisse emporter un peu de cette poussière aux souliers de l’enfant.

Un peu de mon bonheur qui colle à tes souliers

Je t’aimerais au point de te lâcher la main

Cette très belle phrase résume bien le nécessaire effort d’accepter que son enfant n’ait un jour plus besoin de vous.  

On veut l’aider, lui faciliter le chemin, mais il faut savoir lui laisser la liberté de choisir sa route et de se faire ses propres détours, ses propres expériences.

 Je construirais des ponts, des tunnels, des ouvrages
J’ouvrirais des sentiers partout sur ton passage
Pour que tu puisses aussi t’écarter quelquefois
Des pistes balisées qu’on a tracé pour toi

 

 

On sait bien qu’il y aura des peines alors on tente de donner à l’enfant les moyens de les surmonter ou de les comprendre.

Je t’apprendrais les mots pour soigner les blessures
Les signes éparpillés le long de l’aventure
Pour te montrer le Nord quand tu te crois perdu

Et on sait que l’on est aussi celui qui est le lien entre les ancêtres disparus et lui, qu’on a charge de lui raconter leur histoire, qui est le début de la sienne.

Les silences attendris de ceux qui ne sont plus

Alors que lui est aussi un lien entre le passé et l’avenir, marqué symboliquement par une pierre sur le chemin : la pierre qu’on a apportée.

Et je déposerais quelque part une pierre
Pour te laisser t’asseoir, offrir une prière
A tous ceux dont l’histoire t’a mené jusque-là
Et pour ceux qui suivront la trace de tes pas

4 commentaires sur « Si j’étais ton chemin – Yves Dutheil »

  1. Bonsoir chère amie, j’ aime beaucoup Yves Duteil, Il me parle comme un frère, c’ est très étonnant . Je l’ écoute beaucoup en travaillant chez moi, L’ île de Toussaint, bien sûr, mais tant d’ autres , c’ est comme s’ il s’ exprimait pour moi . Je découvre mieux votre visage, vous avez l’ air sympathique, à l’ image de vos messages sur mon blog . A bientôt, dominique .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s