Le naufrage du Titanic


le Titanic
le Titanic

Walter Lord a publié La Nuit du Titanic en 1955. Ce livre très bien documenté sur la terrible nuit du 14 au 15 avril 1912 est réédité en 1998 et prend en compte les dernières découvertes sur le sujet avec une intéressante préface d’Alain Bombard et une postface de Jean-Luc Majouret.

Walter Lord a été en relation directe avec de nombreux témoins directs : plus de soixante sur les sept cent onze survivants. Le livre est très bien construit et se lit d’un trait.

On a beaucoup écrit sur ce naufrage, ce livre a l’avantage de reconstituer aussi fidèlement et précisément que possible cette nuit tragique, presque minute par minute, mais aussi d’analyser les nombreuses causes du nombre élevé de victimes. Par exemple, les canots en nombre insuffisant et très loin d’être remplis ou un bateau proche ne comprend pas ce qui se passe. Il n’y a pas que des raisons matérielles, il y  a aussi des raisons sociologiques ou psychologiques. Tout est clairement expliqué, sans lourdeur.

Walter Lord souligne également à quel point ce naufrage a été une charnière: la fin d‘une époque et le début d’une autre dans de nombreux domaines. Par exemple, on ne croira plus à l’infaillibilité de la technologie et on commencera à légiférer plus sérieusement sur les conditions de transport de passagers. C’est aussi la fin d’un monde où on pouvait s’habiller en smoking avant de descendre dans un canot de sauvetage.

Ce sera le premier SOS du monde. Malheureusement, ce ne sera pas le dernier car deux ans plus tard commencera avec la première guerre mondiale un autre cataclysme et un bouleversement radical.

Progressivement, on comprendra que la vie des passagers de troisième classe est importante. A l’époque, il semble que l’on ne s’en soit pratiquement pas soucié:

Sur les 2198 personnes, 119 hommes et 393 femmes et enfants plus 139 membres d’équipage seront sauvés. « 4 femmes disparues seulement sur les 143 que comptait la première classe (et encore, trois sont restées à bord de leur propre gré), 15 sur les 93 de deuxième classe; et 81 sur les 179 de troisième classe.

Toujours aujourd’hui, pour les compagnies d’assurances, un Américain vaut plus cher qu’un Français et bien sûr qu’un Africain, mais chacun a un droit égal à être sauvé.

Lors d’une catastrophe ou d’une grave crise, les individus se révèlent. Parmi les nombreux passagers, anecdotes, paroles échangées ou même objets que l’on choisit d’emporter sont lourds de signification. On a les héros, on a aussi le mauvais goût :

Après le sauvetage, Lady Duff Gordon rassembla tous les occupants du canot ¨°1 – portant encore la ceinture de sauvetage – pour une photo de groupe. 

Le livre n’oublie pas de citer les prémonitions, certaines parfois postérieures et sans valeur mais aussi d’autres assez surprenantes. Il cite également un étrange roman paru en 1898 qui imaginait l’histoire d’un somptueux paquebot nommé «Titan», pratiquement identique d’après la description,  qui heurte un iceberg.

 L’objet du livre était de montrer la vanité de chaque chose, Robertson l’appela du reste Futilité.

Le film «Titanic» imaginera une légende de plus, il y en eut tellement, mais c’est une belle histoire d’amour, très bien interprétée.

2 commentaires sur « Le naufrage du Titanic »

  1. bravo pour cet article sur le titanic

    parfois la vie
    ressemble au naufrage du titanic:))))

    NAUFRAGE D’UNE VALISE

    COUPLET 1

    un jour mon chum m’a dit
    oh moi je désire
    que mon coeur devienne
    grand comme une église

    et puis ça
    m’dérange pas
    qu’y ait plein d’monde
    su l’perron
    avec leu valise

    REFRAIN

    y a des phrases comme ça
    qui soulèvent les pieds d’un gars
    comme l’eau fraiche d’un ruisseau

    quand y tombe dedans
    perdu au fond d’un rang

    y a des phrases comme ça
    qui soulèvent les pieds d’un gars
    comme l’eau fraiche d’un ruisseau

    quand y tombe dedans
    le coeur tout en lambeaux

    ohohoh… ohohoh…ohohoh..ohohoh

    COUPLET 2

    sur le perron d’mon chum
    y avait une valise
    un accordéoniste
    aux tempes déjà grises

    une jeune femme
    avait mis l’feu à son âme
    en larmes

    comme le soleil
    au clocher
    d’une église
    en flammes

    COUPLET 3

    mon chum y a dit
    reste donc
    oh sors donc ton accordéon

    ma guitare est déjà prête
    pour toi dans le salon

    tu m’dis
    qu’une jeune femme
    a mis l’feu à ton âme en larmes

    oh chanceux oh chanceux
    ce soir chantons la femme
    oh mon très vieux compagnon d’armes

    REFRAIN FINAL

    comme le coeur de mon chum
    est grand et bon et beau

    Pierrot
    vagabond céleste

    http://www.enracontantpierrot.blogspot.com
    http://www.reveursequitables.com

    http://www.tvc-vm.com/studio-direct-235-1/le-vaga bond-celeste-de-simon-gauthier
    http://www.reveursequitables.com.centerblog.net

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s