Némésis, la vengeance


Statue de Nemesis en marbre, du IIe siècle, musée du Louvre
Statue de Nemesis en marbre, du IIe siècle, musée du Louvre

Fille de Nyx, la nuit, Némésis cherche à éviter Zeus. De qui n’a-t-il pas été amoureux celui-là ?

On aurait pu penser que la vengeance était laide mais non, elle est sexy. En un sens, l’idée de vengeance est toujours séduisante, on aime la caresser et il faut être très « sage » pour savoir lui résister.

Fille de la nuit, elle a son côté sombre. On peut aussi penser que naissant de la nuit, qui comme chacun sait porte conseil, elle se construit pendant les longues heures d’insomnie ou au contraire dans les rêves.

Elle se métamorphose en toutes sortes de choses ou d’êtres différents pour mieux échapper à son divin soupirant (s’il ne faisait que soupirer, encore !) et parcourt le monde entier. L’idée que la vengeance est protéiforme est intéressante, de même que son absence de frontière géographique.

Mais Zeus ne capitule pas aussi facilement, il est un peu collant ce type-là. Lorsqu’elle se change en oie, Zeus devient cygne et s’unit à elle. Elle pond donc un œuf qu’elle abandonne. Des bergers trouvent cet œuf et l’apportent à Léda. De cet œuf sortiront des triplés : la la belle Hélène, cause de la guerre de Troie, et les Dioscures : Castor et Pollux. Une généalogie antérieure faisait d’Hélène la fille de Leda et de son mari Tyndare.

Tout ce qui est excessif mérite châtiment

Némésis se venge de la démesure plus que du crime : les Erynnies se sont spécialisées sur ce dernier créneau. (cf Les Mouches de Sartre ou Les Bienveillantes de Jonathan Litell). Ainsi l’excès de bonheur pourra être puni ou plus souvent l’orgueil. Par exemple,  Crésus, qui symbolise la démesure de la richesse, sera entraîné dans une calamiteuse expédition contre Cyrus.

Il semble que les anciens Grecs n’appréciaient pas que l’on s’élève au-dessus de sa condition. Il est vrai que cela peut être ressenti comme une source de déséquilibre dans l’ordre des choses ou même comme un désordre politique.

Némésis chez Agatha Christie

Dans un roman éponyme, la célèbre Miss Marple reçoit une lettre posthume lui demandant d’élucider un meurtre. C’est en quelque sorte un message de l’au-delà, rappelant l’origine divine de ce type de vengeance.

Publicités

Un commentaire sur « Némésis, la vengeance »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s