Le renard et le bouc- fable de La Fontaine


le renard et le bouc
le renard et le bouc

C’est une fable à relire avec plaisir et humour. La Fontaine n’a pris que le sujet à Ésope, il en a fait bien plus qu’une petite histoire.

Les deux animaux sont représentatifs de caractères humains, comme à l’accoutumée, et le fabuliste utilise toutes les ressources de la langue pour faire vivre la scène.

La Fontaine

Jean de La Fontaine est né le 8 juillet 1621 à Château-Thierry et s’est éteint le 13 avril 1695 à Paris. Il est enterré au cimetière du Père Lachaise.

La Fontaine n’a pas écrit uniquement pour les enfants puisqu’il est également auteur de contes licencieux particulièrement prisés.

Jean de La Fontaine
Jean de La Fontaine

LE RENARD ET LE BOUC

La présence du renard indique avant même de commencer qu’il y aura un trompeur et une victime. Le renard est présenté comme Capitaine, il est d’avance celui qui commande, qui est capable de prendre des décisions avisées pour se tirer d’un danger.

Le bouc au contraire n’est que son ami, il n’existe que par rapport au renard. Il n’est présenté que physiquement: affublé de cornes, élément qui porte toujours à rire. Cet attribut est particulièrement mis en valeur par la position en fin de vers.

 «Capitaine Renard allait de compagnie

Avec son ami Bouc des plus haut encornés»

Les allitérations donnent un fond sonore à ce tableau des deux amis: on les entend trottiner sur le chemin: [k] [p] [t] (capitaine) [d][k] [p] (de compagnie) [k] [b] [k] (avec, bouc) [d] [p] [t] [k] (des plus et la liaison de haut avec encorné)

Les deux caractères sont fondamentalement opposés

 Celui-ci ne voyait pas plus loin que son nez ;

L’autre était passé maître en fait de tromperie.

Le premier vers laisse le regard se déplacer le long du nez de l’animal et s’arrêter net sur ce dernier mot: on ne va effectivement pas plus loin. 

Le renard a un titre: «maître», un peu comme si aujourd’hui on parlait de «master» de tromperie.

Le problème est rapidement posé. Ils ont soif au début du vers et ils se retrouvent dans le puits à la fin, sans avoir pris le temps de réfléchir.

« La soif les obligea de descendre en un puits. »

Il leur faut ensuite le temps de deux vers pour boire. C’est long. La Fontaine fait durer le plaisir en ajoutant le long adverbe «abondamment», en intercalant «tous deux» et en conjuguant le verbe à un temps composé.

 « Là chacun d’eux se désaltère.

Après qu’abondamment tous deux en eurent pris, »

 Nul doute que le renard a bien utilisé ce temps puisqu’il prend la parole juste après.

« Le Renard dit au Bouc : Que ferons-nous, Compère !

Ce n’est pas tout de boire ; il faut sortir d’ici. »

Là le bouc est bien ennuyé car il n’y avait pas du tout pensé.  En bon vendeur, le renard donne de longues explications détaillées et «techniques» au bouc. 

« Lève tes pieds en haut, et tes cornes aussi « 

Comme le bouc nous a été présenté, on a l’impression que ces détails lui passent bien au-dessus de la tête et que cela le fatigue et l’éblouit à la fois. En plus, il fait en même temps ce que le renard lui dit et c’est bien assez pour sa pauvre cervelle. Il faut tout lui dire dans les détails, il ne comprend rien et obéit point à point.

 « Mets-les contre le mur. Le long de ton échine

Je grimperai premièrement ;

Puis sur tes cornes m’élevant,
A l’aide de cette machine »

Tout d’un coup, la solution est là.

« De ce lieu-ci je sortirai, »

On a bien suivi jusqu’ici mais là, les explications techniques manquent un peu.

 « Après quoi je t’en tirerai. »

Mais comme il n’y a plus de problème, plus besoin de se creuser la cervelle, le bouc est content et admire son compagnon.

 » Par ma barbe, dit l’autre, il est bon ; et je loue

Les gens bien sensés comme toi. »

Très franchement, il avoue qu’il n’aurait pas trouvé. Au moins, il n’est pas complexé. N’oublions pas que boucher vient de bouc. A l’époque, le bouc est de la viande de boucherie.

 « Je n’aurais jamais, quant à moi,

Trouvé ce secret, je l’avoue. »

La fin est attendue.

« Le Renard sort du puits, laisse son Compagnon, »

Mais le renard en rajoute un peu.

« Et vous lui fait un beau sermon

Pour l’exhorter à patience.

Si le Ciel t’eût, dit-il, donné par excellence

Autant de jugement que de barbe au menton,

Tu n’aurais pas à la légère

Descendu dans ce puits. Or adieu, j’en suis hors ;

Tâche de t’en tirer, et fais tous tes efforts ;

Car, pour moi, j’ai certaine affaire

Qui ne me permet pas d’arrêter en chemin. »

Et enfin la morale termine la fable:

« En toute chose il faut considérer la fin. »

La compagnie Le Chat Troubadour a mis cette fable sous forme de conte musical. Si vous souhaitez rire et chanter avec nous, n’hésitez pas à en parler à votre professeur.

Publicités

23 commentaires sur « Le renard et le bouc- fable de La Fontaine »

  1. bonjour je ne vous demande pas de faire mes devoirs a ma place mais il faut rendre pour demain un tableau avec les differences et les ressemblances avec un autre compte: le lièvre et l’éléphant de calimna et dimna et je n ai trouvé que les resseblances.
    pourriezz vous m’aider?

  2. Bonjour! J’ai un devoir à faire et une des questions eSt de définir la fable, en disant de quel genre précis est elle, quel est le type, le registre dominant, le thème principal et la visée ?? Merci !!

  3. C’est toujours un plaisir pour moi de lire et relire cette fable,parce que nous faisons face a un monde ou les gens pour la plupart ont le caractere du renard,qui profitent des faiblesses des autres pour aboutir a leur . . .

  4. Ma fille de 8 ans et moi même avons bien apprécié votre commentaire de texte aussi pertinent qu’ accessible
    Merci !

  5. c’est très réussi! Je n’en avais pas spécialement besoin mais c’est toujours bien à savoir 🙂 Bonne continuation!

  6. Cet article est très interressant, merci beaucoup !
    J’aurais juste besoin d’un renseignement supplémentaire : je dois faire un commentaire sur cette fable en 2 paragraphes, mais je n’arrive pas à délimiter ces 2 parties afin de les présenter. Auriez-vous une idée ?
    Encore merci !

    1. On peut bien sûr délimiter 1/ la présentation des personnages 2/ le problème et sa solution :comment se sortir du puits mais je préfèrerai ne pas suivre chronologiquement et trouver d’autres voies : le physique des personnages et leur caractère / la critique psycho-sociale ou encore les passages rapides/passages plus détaillés et plus longs. Enfin, à vous de voir, il y a d’autres possibilités.

  7. Quand on a une question en français sur la morale de la fable « le renard et le bouc », ça nous donne tout de suite la réponse.

    1. Je suis contente de vous avoir rendu service mais les idées que je sème au vent ne sont que des départs pour une réflexion personnelle.
      Merci pour votre visite et votre commentaire en tous cas. C’est agréable d’avoir des « retours ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s