Vents


Un partage d’un extrait de Vents, de Saint-John Perse, poète toujours difficile à expliquer mais qui fait grand effet sur mon âme. Ces vers éveilleront sans doute d’autres échos pour vous. Le recueil est paru en 1968 mais j’ai la faiblesse de les lire à l’aune de mon époque misérable, ce qui est peut-être les trahir mais est-ce un hasard si cette page s’est ouverte aujourd’hui sur « Eâ »?

Eâ est le dieu de la sagesse mais il est lié aussi aux eaux douces souterraines, il correspond plus précisément à une nappe phréatique de Mésopotamie. (Source Wikipédia). Son nom pourrait signifier en sumérien « maison de l’eau ». Il est souvent présenté comme celui qui trouve les solutions aux problèmes les plus graves, c’est dire s’il est le bienvenu en cette année 2022 où nous avons franchi la limite planétaire de l’eau verte.

Petite explication: l’eau verte est celle qui s’infiltre dans le sol et hydrate les plantes. L’eau dite « bleue », quelle que soit sa couleur, est celle qui court dans nos rivières. Les neuf limites planétaires sont les seuils à ne pas dépasser pour ne pas compromettre les conditions de la vie sur Terre, parfois de manière irrémédiable et définitive. Nous en avons déjà dépassé six.

Mais revenons aux vers du poète:

« …Eâ, dieu de l’abîme, les tentations du doute seraient promptes

Où vient à défaillir le Vent…Mais la brûlure de l’âme est la plus forte,

Et contre les sollicitations du doute, les exactions de l’âme sur la chair

Nous tiennent hors d’haleine, et l’aile du Vent soit avec nous! »

Chez Saint-John Perse, le vent est perçu positivement, quand bien même il se mue en ouragan. Il fait bouger les lignes, il nous pousse à nous réinventer, à sortir de notre zone de confort en dépoussiérant les vieilles idées et les habitudes trop ancrées. Il nous donne des ailes ou en tous cas nous accompagne de son aile.

Le doute est le propre de l’humain, face à l’avenir, face aux nouvelles idées, face à ce que pourrait être sa vie. L’âme, au contraire, le pousse presque sauvagement (« brûlure », « exactions ») à avancer.

« Car au croisement des fiers attelages du malheur, pour tenir à son comble la plénitude de ce chant,

Ce n’est pas trop, Maître du chant, de tout ce bruit de l’âme-

Comme au grand jeu des timbres, entre le bol de bronze et les grands disques frémissants,

La teneur à son comble des grands essaims sauvages de l’amour.

Une envolée mystique dans ce passage sonore sur l’âme: on y retrouve des rites tibétains (les timbres, le bronze, les disques…), un Maître du chant comme un guide face au « bruit » inorganisé de l’âme. Cet aspect spirituel n’arrive pas au milieu du bonheur mais en plein doute, dans ce « croisement » où le malheur a rendez-vous, d’où qu’il vienne. Mais c’est peut-être dans le malheur qu’on peut se révéler, d’où cette fierté du mouvement (attelage) et cette force nécessaire (« ce n’est pas trop de ») pour atteindre la plénitude.

Il y a cependant de fausses pistes et le Maître semble les dénoncer dans un discours entre guillemets, un peu comme Anubis pesant les âmes:

« Je t’ai pesé, poète, et t’ai trouvé de peu de poids.

Je t’ai louée, grandeur, et tu n’as point d’assise qui

ne faille.

« L’odeur de forges mortes au matin empuantit les

antres du génie.

« Les dieux lisibles désertaient la cendre de nos jours.

Et l’amour sanglotait sur nos couches nocturnes.

« Ta main prompte, César, ne force au nid qu’une aile dérisoire.

Bon, au petit matin, il ne reste rien : des cendres, une aile dérisoire, des forges mortes, une odeur de mort même et l’amour qui sanglote. Tous ces efforts pour se hisser au niveau du génie ou d’un empereur (César) comme un forgeron dans le feu de l’action pour finalement s’apercevoir qu’on s’est fourvoyé. Il y a comme un côté « tâcheron » de l’être humain qui ne sait peut-être pas se laisser emporter avec plus d’innocence. Peut-être faut-il être jeune pour cela.

« Couronne-toi, jeunesse, d’une feuille plus aiguë!

On revient un peu à César et à la feuille de laurier, peut-être faut-il moins réfléchir et plutôt agir lorsque le moment est venu:

« Le vent frappe à ta porte comme un Maître de camp

Tiens, le Maître de chant a perdu un « h »! Le registre est plus guerrier.

« A ta porte timbrée du gantelet de fer.

Si l’on en croit ce qui suit, le gantelet de fer ne cache pas une main de velours:

« Et toi, douceur, qui va mourir, couvre-toi la face de ta toge

« Et du parfum terrestre de nos mains…« 

On se souvient que César s’était couvert la face de sa toge au moment de mourir. On emporte aussi le parfum de la terre et de nos mains qui l’ont travaillée.

Le Vent s’accroisse sur nos grèves et sur la terre calcinée des songes!

Apparemment, on n’aura pas la vie dont on avait rêvé, et le poète semble souhaiter plus de vent encore avec l’emploi du subjonctif. C’est apparemment un temps de grandes migrations mais en marchant dans l’espace, on avance aussi dans le Temps:

Les hommes en foule sont passés sur la route des hommes,

Allant où vont les hommes, à leurs tombes. Et c’est au bruit

Des hautes narrations du large, sur ce sillage encore de splendeurs vers l’Ouest, parmi la feuille noire et les glaives du soir…

Et moi j’ai dit: « N’ouvre pas ton lit à la tristesse. Les dieux s’assemblent sur les sources,

Et c’est murmure encore de prodiges parmi les hautes narrations du large.

Le conte se mêle au présent, tandis que le passé s’efface insensiblement. Nous allons parmi les glaives croyant encore fouler les splendeurs de l’occident mais il n’en reste qu’un sillage de navire. L’Ouest est le lieu où le soleil se couche mais aussi où dans la nuit l’aube déjà se prépare. Mourir pour renaître. Nous pourrions céder à la nostalgie du passé, à la crainte de l’avenir, à la peur du présent. Nous pourrions même porter le deuil de nos rêves. Pourtant, il y a là comme un moment exaltant à vivre : les sources parlent de vie et de renouveau et les dieux s’y assemblent. L’air du large nous appelle à nous élever, à trouver peut-être d’autres valeurs, moins matérielles. La parole est créative et on murmure des prodiges.

Le texte continue un peu puis se termine sur ces mots:

S’en aller! s’en aller! Parole de vivant.

Autres articles susceptibles de vous intéresser:

Saint-John Perse

Les Méga bassines

Quelques bases pour discuter d’Environnement

Les Fantômes du Futur

Juste la fin du monde


Ce film franco-canadien sorti en 2016 et réalisé par Xavier Dolan a été malheureusement remis en lumière en ce début d’année 2022 à l’occasion du tragique accident de ski de son acteur principal : Gaspard Ulliel.

La distribution est excellente et le film nous touche par sa densité et son universalité, à partir d’un synopsis très simple, d’après une pièce de JL Lagarce: un jeune homme très malade revient au domicile familial après 12 ans d’absence pour y annoncer sa mort prochaine. Cette dernière journée déroule la quintessence d’une vie familiale avec ses moments de rire, de tendresse ou de nostalgie, ses disputes et ses jalousies.

Parti sans explication peu après le décès de son père, Louis, le cadet, est devenu célèbre par ses reportages. Il a laissé un trou béant dans sa famille qui n’a de ses nouvelles que par les média. Sensible, intellectuel, homosexuel, il est en décalage complet par rapport à ses proches et c’est aussi un homme renfermé, qui a toujours eu du mal à communiquer oralement.

Entre les sous-entendus, les non-entendus, les malentendus et les dénis, les interruptions et le manque d’écoute, il ne parvient pas à dire les mots qu’il est venu apporter. Et pendant ce temps, la pendule continue de sonner les heures de cette dernière journée ensemble. Louis va pourtant avoir l’opportunité d’un échange particulier avec chaque membre de sa famille mais la communication est un exercice difficile. Il faut trouver le bon moment et avoir un code commun. Il faut être deux à avoir envie de s’exprimer et surtout d’écouter l’autre, de s’intéresser à ce qu’il a à dire. Et puis il y a tout ce qu’on préfère ne pas savoir et que peut-être il vaut mieux taire, quand il est trop tard.

La famille s’est mal reconstruite autour de son absence. Il est à la fois celui qui a réussi et celui qui a failli. Sa réussite sociale extérieure est affichée sur les murs sous la forme d’articles de journaux découpés alors que sa place dans la maison prend l’allure d’un remord que l’on traine. Ses affaires d’enfance et d’adolescence accumulés dans un débarras ont pris la poussière. On sent la nostalgie mais les souvenirs s’effritent, à peine en reste-t-il des images floues: le passé est définitivement perdu.

Le personnage de la mère ( Nathalie Baye) est particulièrement intéressant. Elle tente toujours avec un temps de retard de sauver les apparences, à l’image de la scène de l’arrivée de Louis où elle étale du vernis sur ses ongles et qu’il n’a pas le temps de sécher. Ce vernis semble être sa préoccupation principale. De même, elle s’inquiétera du bruit des disputes à table par rapport aux voisins. A défaut d’avoir une famille unie, elle voudrait au moins momentanément en sauver l’illusion.

Elle fume en cachette mais le débarras du jardin où elle se réfugie est aussi le lieu secret où elle s’autorise à être elle-même. C’est là que dans un instant de tête-à-tête avec son fils, l’essentiel ne sera pas dans les mots, même pas dans ce « je t’aime » qu’elle lui lance, mais dans cette longue étreinte d’adieu. Pour le reste, elle parle sans lui laisser la place de s’exprimer. Elle a bien senti que c’est la dernière fois qu’elle voit son fils mais elle ne veut rien savoir. Elle lui demande de mentir à sa soeur, de lui faire croire qu’elle sera la bienvenue chez lui. De lui faire croire qu’il l’aime, qu’il s’intéresse à elle. Parfois, les apparences peuvent être un baume.

Elle aura un reproche: il n’était certes pas l’aîné, mais la place de chef de famille lui revenait au décès de son père, parce qu’être plus doué que les autres vous oblige à des responsabilités.

Suzanne (Léa Seydoux), la benjamine, n’a pas de souvenir de ce frère qu’elle idéalise. Son absence l’a détruite, la petite fille est devenue une camée sans perspective d’avenir. Elle est un reproche vivant.

Il n’avait jamais rencontré Catherine (Marion Cotillard), la femme de son frère. Maladroite dans ses paroles, et par là-même touchant juste, celle-ci jouit d’une position extérieure qui va lui permettre presqu’immédiatement de tout comprendre. Elle parle vrai, sans détour, dans une communication qui n’est pas polluée par les liens affectifs. Elle lui fait comprendre à quel point il a délaissé sa famille, non pas seulement en s’éloignant géographiquement mais surtout en n’ayant pas le moindre intérêt pour la vie de ses proches. Il ne sait pas quel métier fait son frère, quel est le problème de leur fils aîné, ni l’âge de ses nièces. Tout était à sens unique, pour lui la lumière, pour eux l’obscurité. Elle acceptera de se tenir à l’écart et de se taire, dans son rôle de témoin.

Le frère aîné, Antoine, est insupportable de bêtise, de rancoeur et de méchanceté. Il est la matière brute opposée au raffinement du vocabulaire et des pensées de Louis. On croit d’abord que sa violence vient d’un manque de mots ou d’intelligence ou peut-être d’un sentiment de jalousie. C’est surtout un homme blessé. Lui non plus ne voudra rien savoir de cette mort prochaine, de de dernier départ qui sonne comme un deuxième abandon. Il ne pardonne pas. Antoine incarne une des phases du deuil : la colère et l’incompréhension. D’un multiple deuil d’ailleurs, celui du temps qui ne se rattrapera plus d’abord : avec ses mots simples, il soulignera combien celui qui n’a pas vu grandir leur petite soeur est passé à côté de la vie. Le deuil de la mort définitive, finalement, n’est pas le plus lourd à porter.

Louis était venu dire adieu, il aura surtout eu l’occasion d’exprimer ses regrets. Il venait leur apprendre qu’il allait partir définitivement, expliquer pourquoi ce dernier rendez-vous important avec la mort l’empêchait de prendre le dessert avec eux, d’aller jusqu’au bout de leur histoire commune, peut-être d’en vivre le meilleur. C’est lui finalement qui aura beaucoup appris, sur la vie, le passé, le présent. Et sur le fait que parfois, quand on s’en va, on s’aperçoit qu’on était déjà hors de sa vie et qu’il n’est pas certain qu’on manquera encore à quelqu’un. Leur deuil pourra peut-être enfin se faire car il est plus facile de ne plus espérer de retour que de rester dans l’incompréhension de l’indifférence d’un vivant.

Le départ est brusqué, on voudrait encore une heure, quelques minutes. C’est trop tôt. Et puis il y a cette phrase de Louis qu’Antoine ne lui laisse pas terminer: « je dois partir ». Peu importent les raisons du départ, pardonne-t-on si facilement aux défunts de nous avoir abandonnés ? Est-on jamais prêts ? Y a-t-il une heure, une date, qui puisse être le bon moment?

Novembre 2021


Un peu de gourmandise pour commencer avec une recette: Le fromage fort – recette de ma grand-mère Maria

Suivi d’un petit billet d’humeur:

Petite expérience du collectif ou Comment accepter nos différences

Disons-le d’entrée, j’ai du mal à faire partie d’un collectif. Pour citer Brassens : « Dès qu’on est plus de deux, on est une bande de cons ». Il faut bien pourtant parfois sortir de sa zone de confort et aller rencontrer l’autre, dans son altérité justement. De cette immersion d’une semaine chez les bobos, j’ai retiré quelques observations:

D’abord, effectivement, pris séparément, chaque membre se sentait en prise avec la nature, plus ou moins écolo, avec les contradictions que nous avons tous, et bienveillant. Cela, je l’ai senti, constaté, apprécié.

C’est un phénomène bien connu : en bande, on subit une pression intérieure pour ne pas se désolidariser du groupe et on agit parfois d’une manière contraire à ce qu’on est vraiment.

Par exemple, la personne qui se proclame notre guide en montagne nous entraîne à travers un champ cultivé et nous piétinons tout à la manière d’une harde de sangliers. L’alternative aurait été de faire le tour, ce qui rajoutait une cinquantaine de mètres tout au plus. Mais prendre la route, se conformer aux chemins tracés, c’est endosser l’image de celui qui se soumet aux règles. L’anarchiste va où bon lui semble. Paradoxe donc: Je me soumets à la règle commune du groupe pour ne pas apparaître justement comme celui qui se soumet aux règles communes de la société, et ceci contre mon souhait profond. A deux, nous aurions discuté du chemin à prendre, nous n’aurions rien imposé. Exit la démocratie.

Autre exemple, alors que l’objet du stage était justement de se relier au vivant, on fonce en hurlant sur les chemins parce qu’on veut faire décoller les rapaces de leur aire pour mieux admirer leur vol. A cet instant, j’ai eu envie de proposer un questionnaire au groupe: « En tant qu’être humain vivant parmi les vivants, vous considérez-vous comme:

  • Ni plus ni moins important qu’un animal ou qu’un brin d’herbe.
  • Plus important, l’homme est la race supérieure et son bon plaisir prime.
  • Moins important, vous êtes dans cette zone naturelle comme un humble invité, vous ne souhaitez pas trop déranger.

Et j’ai compris plusieurs choses, d’abord qu’apparemment la plupart des citadins présents ne ressentaient pas viscéralement ce que leur passage imposait à la nature environnante, ensuite qu’il est un rythme auquel s’accorder si l’on veut participer à cette vie globale, qui n’est pas celui de la vitesse mais plutôt celui de la contemplation, qu’il y a un temps aussi, plutôt aux heures matinales que tardives, où l’animal que nous sommes sent le danger. Et surtout, qu’il est ici question d’une attitude, plus que de petits gestes ou de grandes explications dans les media. « Etre » plutôt que « Faire » ou que « Dire ».

En conclusion, je dirai bien que le travail qui nous attend commence à l’intérieur de nous-mêmes et qu’il y est question d’humilité et de soumission aux lois supérieures de la Nature. Il y a du boulot !

Après ce billet d’humeur, voici une très rapide étude de texte pour ce mois de frimas:

La Horde du Contrevent / Alain Damasio

Un bonne adresse de chambre d’hôtes ou de gites dans les Alpes de Haute-Provence, près de Sisteron: le domaine Les Rayes (www.lesrayes.fr), très isolé et situé au coeur d’un paysage extraordinaire.

Les Moulins de mon coeur


Une étude sans prétention de la très belle chanson de Eddy Marnay sur une musique de Michel Legrand.

D’abord la rondeur, omniprésente, mais apportée dès le début par une action extérieure :

Comme une pierre que l’on jette dans l’eau vive d’un ruisseau

Cette action, un peu comme le big bang, est le départ d’une histoire, d’une chronologie. Les ronds dans l’eau s’éloignent en cercles concentriques, il ne s’agit en aucun cas d’une forme immobile. D’ailleurs l’eau est symbole de vie, souligné encore par « vive ».

Et qui laisse derrière elle des milliers de ronds dans l’eau

D’ailleurs, puisqu’on parle de big bang, il y a bien une allusion au système planétaire:

Comme un manège de lune avec ses chevaux d’étoiles

Comme un anneau de Saturne, un ballon de carnaval

Et c’est à l’image d’une fête enfantine, avec des étoiles et des lumières dans les yeux, avec des plaisirs fabriqués qui font tourner aussi la tête, qui enivrent. Le genre de truc qui ne dure pas mais qui est pourtant lié à l’éternel mouvement céleste. La ronde enfantine laisse place au « chemin de ronde » des adultes, un peu enfermés dans leur course temporelle, leurs voyages, leurs engrenages.

Comme le chemin de ronde que font sans cesse les heures

Le voyage autour du monde d’un tournesol dans sa fleur

Tu fais tourner de ton nom tous les moulins de mon coeur

Ce refrain va revenir, formant lui-même une boucle et terminant le poème comme il l’a commencé, à ceci près que les mots n’auront plus la même coloration, mais n’anticipons pas.

Les plus de cinquante ans se souviennent peut-être des écheveaux de laine que leur aïeule plaçait autour de leurs bras en un long fil qui tournait sur lui-même. Là aussi, c’était un cycle, puisqu’il s’agissait d’un pull trop petit ou usé qu’on détricotait pour en refaire un neuf.

Comme un écheveau de laine entre les mains d’un enfant

Et la vieille chanson qui vous revient en tête, rappelant des souvenirs…et la fuite du temps.

Ou les mots d’une rengaine pris dans les harpes du vent

Toutes choses qui tournent et ne durent pas, et qui nous parlent des saisons de la vie ou de l’année:

Comme un tourbillon de neige, comme un vol de goélands

Sur des forêts de Norvège, sur des moutons d’océan

On remarquera aussi les rimes à l’hémistiche, rappel intérieur, dans un vers plus grand, à l’image des cercles concentriques du début.

Et puis, comme une pierre jetée, un choc qui change tout, voilà des mots qui annoncent une fin.

Ce jour-là près de la source, Dieu sait ce que tu m’as dit

Mais l’été finit sa course, l’oiseau tomba de son nid

Et voilà que sur le sable nos pas s’effacent déjà

C’est l’automne, comme une fin de vacances et le mouvement se fait vertical: les feuilles tombent, les doigts pianotent, la pluie descend. Le blanc de l’écume, de l’innocence enfantine, laisse place aux couleurs de l’automne. Etrangement, ce n’est pas cette teinte auburn des cheveux et des feuilles qui rappelle l’aimée, comme on pourrait s’y attendre. Le fait même d’être absente est comme un acte qui a entraîné l’automne: « ton absence » est en effet le sujet du verbe « donnent ».

Et je suis seul à la table qui résonne sous mes doigts

Comme un tambourin qui pleure sous les gouttes de la pluie

Comme les chansons qui meurent aussitôt qu’on les oublie

Et les feuilles de l’automne rencontrent des ciels moins bleus

Et ton absence leur donne la couleur de tes cheveux

Il est question de mort, d’oubli, d’effacement. Alors bien sûr ce n’est pas le premier poète qui relie la pluie et les larmes mais l’image est magnifiquement renouvelée par la sonorité du tambourin, qui n’est que la musique des doigts. Le musicien est quelqu’un qui exprime avec son corps, par un rythme frappé sur une table, une peine sublimée par l’art.

Et c’est l’absence qui devient peut-être cette pierre:

Une pierre que l’on jette dans l’eau vive d’un ruisseau

Le dernier refrain reprend la double idée des quatre saisons qui tournent et tissent des années et du vent qui emporte tout.

Au vent des quatre saisons, tu fais tourner de ton nom

Tous les moulins de mon coeur

Deux Poèmes

Dansant comme des masques jetés à la face de la Prudence


Un peu d’émotion, des mots…

je vous offre ces deux textes d’Annick Bourbon Rochette

IVRESSE

Impatients et tremblants

Nous progressons du bout des doigts sur les sentiers interdits

Des rêves de chemins de traverse

A demi enfouis sous les ruines du Temps

Vivants pourtant

Ivres soudain d’arc-en-ciel

Dansant

Comme des masques jetés à la face de la Prudence

Mais à genoux devant la grâce musicale des étoiles,

Et, juste le temps d’un intervalle,

Comme un soupir posé sur la ligne de nos vies,

Liés

Par le fil d’un regard

Silence

Au début le silence.

Le Temps n’existe pas.

Pense, pense.

La Parole fut,

Futile,

Fut-elle

Divine ?

Là commence l’Histoire,

Noire, noire.

Au milieu le soupir

Silence, silence…

Vacarme et pause,

Pause et musique

Dansent, dansent

Blanches et noires

A la fin le Silence

Dense, dense.

2020


Entre promotion du roman Les Fantômes du Futur et écriture de la suite, je néglige trop souvent ce blog. Je souhaite cependant très sincèrement la bienvenue aux nouveaux abonnés.

Je vous encourage, pour ceux qui ont déjà lu Les Fantômes du Futur, à suivre la page https://annbourgogne.wordpress.com/2019/06/11/les-fantomes-du-futur/. Vous y trouverez quelques réponses aux questions que vous vous posez peut-être et des indications sur les rencontres avec les lecteurs.

J’ai proposé une nouvelle intitulée Champ Seigneur au concours « Du sang dans les Livres » de la Bibliothèque municipale de Chalon sur Saône. Le moment venu, en mars, vous pourrez voter par internet pour votre nouvelle préférée. Lorsque le concours sera terminé, je la publierai sur ce blog. Je me suis beaucoup amusée à l’écrire.

Lectures conseillées:

  • Le poète, philosophe et académicien François Cheng. Je suis plongée dans la lecture de ses quatrains qui touchent au plus profond de l’âme.
  • La Forêt Jardin, de Fabrice Desjours. Cette bible de la culture « autrement », très joliment illustrée, est aussi un hymne à la beauté du vivant, à sa manière.
  • Les romans de Valérie Perrin.

Autre information:

Rappel : retrouvez le mouvement des Coquelicots ( pour l’arrêt des pesticides) chaque premier vendredi du mois, souvent autour de 18h, devant votre mairie. Une demi-heure pour échanger des informations, s’organiser et montrer aux municipalités que nous restons vigilants et soucieux de la santé publique.

Printemps 2018


2017 (1)

Mon amie Agnès reconnaîtra ces fleurs.

Je salue amicalement mes lecteurs et en particulier ceux du bout du monde : Nouvelle Calédonie, Saint-Pierre et Miquelon, Syrie, Cameroun, île Maurice et bien d’autres … qui prouvent que la distance n’est rien lorsqu’on partage la beauté d’une langue ou plus simplement un peu d’humour ou une recette de cuisine.

Pour changer un peu, je vais commencer par les articles.

 

  • Allez voir la page précédente (plus bas) pour retrouver les plus récents.

 

 

Et vous, quel est votre article préféré sur ce site ?

 

La bonne nouvelle de ce début de printemps est le film La Forme de l’Eau  de Guillermo del Toro. Courez d’abord le voir et vous lirez ensuite ce que j’ai envie d’en dire mais attention : la traduction en sous-titres fait perdre beaucoup de sa profondeur à ce film hors normes, je ne sais ce qu’il en est de la version française. La bande son originale a des dialogues bien articulés, avec des mots simples, on comprend facilement, tant en russe (pour les russophones éternels débutants comme moi) qu’en anglais.

J’ai aimé l’humour, les couleurs de ce film, les objets du décor, la musique, ce moment comme un trou dans l’espace-temps où pendant 5 minutes notre monde bête et technologique s’efface pour laisser une possibilité de rejoindre un autre monde, et aussi la fin…

Guillermo del Toro a réussi là un chef d’oeuvre de délicatesse, de poésie et de réflexion sur le sens que peuvent prendre nos vies, sur nos valeurs, sur nos priorités. Les thèmes abordés, sans lourdeur aucune sont particulièrement d’actualité : l’instinct de propriété, le pouvoir (et son abus), la réussite sociale, le sexisme, le racisme, la religion, l’amitié, le respect de la loi, du protocole, l’entraide ou la compétition et pourquoi pas la souffrance animale mais surtout l’amour, celui qui vous fait voir comme un dieu vivant l’être que d’autres trouvent monstrueux, celui qui ne se pose pas de question face au handicap, celui qui pourrait soulever des montagnes, celui qui révèle des gens ordinaires comme des héros.

Ce n’est pas pour autant un « feel good movie », on en ressort certes avec une énergie renouvelée mais aussi avec tellement de pistes de réflexion.

Les questions sont multiples : qu’est-ce que la différence ?  Dieu a-t-il créé les hommes à son image ou à sa ressemblance ? Quelle est notre part de divin ? Notre part d’animalité? Qu’est-ce qu’être humain ?

On s’interroge sur des allusions à la Bible ou à la mythologie ou encore à des contes. Dans le désordre: Samson et Dalilah,  peut-être aussi ce colosse aux pieds d’argile qu’est devenue la société occidentale, les dieux antiques ou exotiques, le prince charmant, la Belle et la Bête, la petite sirène qui a perdu sa voix pour vivre dans le monde des humains, où elle est inadaptée, où on ne voit pas sa beauté….

On réfléchit aux symboles de certains objets ou éléments : l’oeuf, l’eau (élément primordial), le sang, des parties du corps comme les cheveux ou les doigts, dont on tire force et puissance ou/et qui peuvent aussi révéler la pourriture intérieure, l’électricité (énergie de la civilisation actuelle) qui produit des étincelles entre un être positif et une âme négative, la force du rêve, l’éternelle opposition entre le sec et l’humide, entre le yin et le yang, entre le bien et le mal…

Et puis cette poésie, qui ne passe pas uniquement par les mots, mais aussi par la langue des signes, par des objets ou des situations, cette poésie qui dit tellement de choses à la fois…

J’attends avec impatience vos commentaires…

 

 

février – mars 2018


aut 17 (5)

Bienvenue à mes nouveaux abonnés et bonne fête à tous les amoureux. Etre amoureux rend parfois un peu stupide, c’est vrai, mais c’est si bon de perdre la tête pendant …un certain temps… Et puis l’amour est un tel créateur d’énergie et de motivation.

Peut-on être amoureux de plusieurs personnes à la fois ? Pour ma part, je le suis, entre autres de Beethoven et de Philibert le Beau dont vous pouvez admirer à Brou deux gisants qui le présentent dans tout l’apparat de sa gloire et dans le plus simple appareil.

La danse est un formidable révélateur du couple, je vous incite à aller découvrir les « bals trad ». Pour 5 €, vous avez droit à une ambiance festive et décontractée, avec des musiciens heureux de partager leur passion avec vous. Le spectacle est aussi dans la salle, avec quelques excellents danseurs et l’énergie et le sourire des nombreux jeunes (et moins jeunes) gens qui viennent simplement s’amuser ce soir-là.

La danse la plus romantique est sans conteste la mazurka, pour ce silence au milieu de la mesure où l’on est comme suspendu à deux hors du temps.

On peut faire des rencontres intéressantes: la dernière fois, l’orchestre venait d’un hameau auto-suffisant : la Chavannée. La fois précédente, un groupe de danseurs venus de tous les milieux sociaux m’a raconté comment ils se retrouvent deux fois par an pour les « huttes d’équinoxe » : un temps de méditation et de purification où on se jette dans l’eau d’un lac parfois à moins de 5°C après un sauna (c’est un peu plus compliqué que ça mais je résume). Très peu pour moi qui préfère rêvasser bêtement dans la solitude et le confort de ma salle de bain mais combien intéressant à connaître. Parfois, on partage un repas avec les musiciens, chacun apportant un plat. Bref, un temps d’humanité, si rare.

Les articles de saison seront évidemment :

Pourquoi Saint Valentin est-il le patron des amoureux ?

Recette de petits sablés aphrodisiaques

Plus sérieusement, je vous invite à lire le résultat de mes plus récentes élucubrations:

Léviathan – W S Merwin

Myriam  la soeur de Moïse – Mon article préféré parmi tous ceux que j’ai écrits à ce jour.

Le Lièvre et la Tortue – Jean de La Fontaine

La mort et le bûcheron – La Fontaine

Francis Cabrel – La Robe et l’Echelle

Scarborough Fair

Et une recette : Boulettes aux pois chiches

Enfin l’article que j’aimerais aider ce mois-ci est le tout premier que j’ai écrit ici, il y a quelques années:

Arachné

Annie Cordy – La Bonne du Curé


 

chanson sur youtube

Pour Gaëtan,

Voici donc l’étude d’une chanson gaie, destinée à faire rire, afin de redonner un peu de couleur rose à un blog parfois trop pessimiste.

 

Le texte laisse bien sûr toute sa place aux pitreries et au costume comique de « La bonne du Curé ». Ainsi « avoir du style » fera d’autant plus rire que le personnage en est très loin.

La musique souligne bien les rimes toutes les 3 syllabes, comme dans une comptine enfantine : J’ voudrais bien / Mais j’peux point. On entend même des choeurs qui font « oin oin oin », soulignés par un grincement de violon.

Le rythme est celui d’une danse pataude, avec de lourdes accentuations :

C’est point commode / D’être à la mode

Le langage et la prononciation caractérisent le personnage de fille un peu bébête, type Bécassine, et sortant de la campagne profonde. Le texte utilise des mots simples et des expressions démodées comme « point » au lieu de « pas ».

Enfin, il est traditionnel de se moquer de tout ce qui touche à la religion et en particulier du personnage du curé de campagne. Celui-ci est affublé d’une bonne qui est plus portée sur les plaisirs charnels que sur la religion. Le décalage est source de comique.

On rit ainsi de l’opposition entre cette brave fille auquel le diable donne des idées et des besoins sexuels décrits physiquement :

Ca me chatouille / ça me gratouille

et les grenouilles de bénitiers qui sont comme chacun sait ces vieilles demoiselles confites de dévotion, ayant en horreur le sexe et plus largement la joie de vivre.

Quand aux bêtises derrière l’église, le rire vient des souvenirs ou de l’imagination des auditeurs. La proximité du lieu saint ne fait qu’ajouter à la drôlerie. Et puisqu’elle ne peut pas s’en empêcher, ses bêtises lui sont pardonnées par une divinité amusée : le bon Dieu devenant pour une fois le bon diable.

La logique de cette brave fille nous amuse par sa naïveté :  la musique de Claude François est sans conteste plus festive que celle des cantiques. Cette fraîcheur est parfois bienvenue dans un siècle souvent bien cérébral. Là, « on ne se prend pas la tête »…

 

La dame de Haute Savoie


La simplicité des mots de la poésie de Francis Cabrel me touche profondément, en particulier dans ce texte, le premier, je crois, que j’ai entendu de lui. Je vous livre d’abord ma lecture de ce texte et ensuite une utilisation possible en FLE (apprentissage du français langue étrangère) tant il me semble qu’on apprenne tellement mieux avec des chansons.

Je vous renvoie au texte sur Youtube https://www.youtube.com/watch?v=BUoUKJCHN7o

Tout d’abord le champ lexical du repos : « fatigué », « dormir » peut aussi faire penser à un repos éternel avec la blancheur et le froid de la neige, le blanc étant la couleur du deuil chez les asiatiques. Cette dame comme posée sur une haute montagne qui fait le lien entre le ciel et la terre semble avoir aussi le pouvoir de faire tomber la nuit… C’est le dernier refuge quand on n’a plus envie de faire partie du groupe humain.

Le narrateur est déjà coupé de ses semblables : son sourire n’est que de façade, il voit les autres déshumanisés, comme une meute. Le groupe est effrayant car il forme un tout et  ne semble pas constitué d’individus autonomes, sensibles et capables d’autonomie.

Il n’y a plus d’espoir puisque « demain » n’apporte rien d’autre comme le souligne le restrictif « que » : « plus que des murs » « que des cris ». Pour le moment présent, on pressent cette fatigue, cette lassitude de la vie, cette désillusion. On n’en n’est pas encore là comme l’indique l’utilisation du futur mais les conditions sont toutes réunies pour que cela arrive inéluctablement. Le « métier où tu marches ou tu crèves » est bien décrit au présent.

Paradoxalement, la mort souhaitée permettrait de sortir de cette brume, ce rêve qui caractérise le réel. La mort serait donc vue comme le soulèvement de ce dernier voile et la fin des illusions, comme quelque chose de plus concret que le présent.

Le troisième couplet montre ces « vacances » de la vie comme un décor somptueux : mélange de l’émerveillement de l’enfance avec le thème de Noël, les guirlandes qui tombent du toit et de l’infini du cosmos avec les étoiles. Cette dame qui nous attend est une sorte de fée : il lui suffit de claquer des doigts pour que la nuit descende, pour que notre dernier sommeil nous emporte.

Le temps n’est pas venu pourtant, il faut encore terminer la mission sur terre et « tout  » donner. Le chanteur sait qu’alors beaucoup seront tentés de s’accrocher à une religion qui redonnera un sens à leur vie. On s’accroche ainsi « au premier Jésus Christ qui passe ».

Il ne partira pourtant pas seul et les mains vides, son chien et sa guitare l’accompagneront, ce qui montre que sa vie n’aura pas été vaine, qu’il restera l’affection et la musique qui le suivront dans l’au-delà.

FLE

Utilisation libre de droits (en ce qui me concerne) pour l’apprentissage du français sur plusieurs séances. Ce texte permet l’apprentissage de vocabulaire de base et de quelques notions grammaticales de manière agréable.

On peut prévoir une carte de France et quelques photos afin de situer la Haute Savoie géographiquement et dans les esprits. L’apprentissage s’appuie ainsi déjà sur un socle.

Premier travail possible en  vocabulaire haut / bas – montagne – description de la photo avec arbre et sapin. Les couleurs : blanc / noir.

Je préconise de passer assez rapidement sur le vocabulaire, il y aura de multiples occasions de revenir sur ces mots courants. Il s’agit d’une première approche, il est inutile de tout retenir.

Puis la marque du féminin, en s’amusant de ce que le français attribue un sexe à une montagne.  Haut / Haute –   Bas / basse – blanc / blanche – Noir / noire

Laissons tomber pour l’instant la marque du pluriel sauf s’il y a question. On ne peut pas tout faire à la fois.

Puis écoute de la chanson puis distribution du texte et ré écoute, plusieurs fois selon les demandes.

Le titre donne l’occasion de voir le vocabulaire dame / femme / madame.

« Haute » et « Savoie » sont déjà vus.

Laissons tomber les déterminants ou éléments de coordination, prépositions… « la » « de ». Il convient d’apprendre d’abord à voir dans un texte oral ou écrit de quoi l’on parle, vaguement d’abord puis de manière progressivement plus précise. On s’intéresse donc surtout aux mots clés.

On poursuit avec le vocabulaire « fatigué »,  « dormir, « gens », « sourire » et « rire ».

Grammaticalement, on peut ensuite voir le verbe « écraser » avec « il écrase » et « ils écrasent ». Inutile de voir le même jour toutes les personnes.

Ils ne restera à voir en vocabulaire que « phrases » « mots » « dire »et « murs » pour terminer le premier couplet.

On pourra ensuite revenir sur ce premier couplet après l’avoir chanté et un peu mémorisé avec l’interrogatif « Quand » et en  conjugaison : j’étais /je suis / je serai. Inutile de se farcir la tête avec l’infinitif et les autres personnes pour le moment.

La troisième phase pourra consister à simplement répondre aux questions. C’est vraisemblablement là qu’apparaîtront « Chez » et « j’irai ». Bien sûr, le rapprochement « j’irai » et « je serai » pourra donner l’occasion d’élargir avec  « je chanterai » par exemple et « je dirai », « je dormirai »… Attention à ne pas mêler tout de suite « je voudrais » et « j’aimerais » qui sont souvent utilisés au conditionnel.

« Voleront en éclats » peut être simplement expliqué avec l’équivalent « se casseront ». On peut ajouter la troisième personne du futur à cette occasion et reprendre les verbes vus précédemment.

Tout cela, je le répète, s’inscrit sur plusieurs séances. Il vaut mieux passer du temps sur le plaisir de chanter, ce qui permet de travailler sans même s’en rendre compte la prononciation et en particulier l’appui sur les finales des mots. On pourra remarquer à l’occasion que les voyelles sont  toujours fermées en fin de mot (on promonce « fatigu – é et non pas fatigu – ai).

Le reste de la chanson pourra s’étudier dans le même esprit avant de revenir, avec ce texte ou un autre pour éviter la lassitude, sur les déterminants et tous les « petits mots » laissés de côté et élargir l’étude aux mots de la même famille : montagne / montagneux…

 

 

 

%d blogueurs aiment cette page :