2014


promenade vers Thau (5)

Tous mes vœux pour une savoureuse année : je vous souhaite de profiter de tout ce qui vous est offert, soyez gourmand de chaque instant et faites en sorte que « L’essentiel ne soit pas menacé sans cesse par l’insignifiant » comme le dit si justement René Char.

Je veux dire que je pense à mes lecteurs du monde entier : chaque jour, je regarde dans quel pays un ou une inconnu(e) a partagé un instant avec moi, le temps d’une courte lecture, et j’ai une pensée pour l’île Maurice ou l’Islande,  pour Saint Pierre et Miquelon ou la Russie, pour cette classe en France qui s’est donné le mot pour lire ce que j’avais écrit sur un sujet qu’ils ont à traiter, pour ce groupe de francophiles allemands qui suit ce blog et en discute lors de leurs réunions, pour ce professeur d’Université qui m’a demandé l’autorisation de se servir d’un de mes articles, quelque part sur la Terre…et tant d’autres. A tous, merci !

Une citation de Wells :

Pour qu’un monde meilleur puisse exister un jour, il faut déjà que quelqu’un, quelque part, commence par l’imaginer et le décrire.

C’est tellement vrai que nos pires angoisses ou nos pires cauchemars ont commencé à prendre forme sur le papier : Le Meilleur des Mondes (A. Huxley) mais aussi Mein Kampf ou le petit livre rouge de Mao. Les horreurs du XXème siècle nous ont appris à nous méfier des utopies. Un monde se construit peu à peu. Imaginer un monde meilleur, c’est un peu comme imaginer un adulte sans passer par son enfance, un robot en somme.

Pensée personnelle :

En ces temps de commémoration du débarquement, qui sont aussi des temps où la haine de l’autre retrouve des arguments pour se justifier, j’aimerais simplement faire part d’une réflexion. Depuis que je suis enfant (je suis née une dizaine d’année après la guerre), le peuple allemand porte la honte d’une erreur de vote de leurs parents. Il est évident que la plupart de ceux qui ont voté Hitler étaient loin de souhaiter tout ce qui suivrait. Avec beaucoup de courage, ce peuple meurtri a assumé ses responsabilités politiques, financières, morales. On a souvent oublié que les premiers résistants étaient allemands, et que nous ne les avons pas aidés, on a souvent dit « les allemands » au lieu de spécifier « les nazis ». On passe sous silence que les exactions commises l’ont été aussi par les autres belligérants, on n’évoque pas le fait qu’Hitler a envoyé au massacre les jeunes allemands : les plus jeunes soldats à la fin de la guerre avaient moins de quatorze ans !

Cette année, alors que nous n’avons plus l’excuse de ne pas savoir ce qu’est vraiment le fascisme, notre pays s’est déterminé pour l’extrême-droite lors des dernières élections, avec l’aide efficace de ceux qui ne se prononcent pas, mais on sait bien que la force des méchants vient toujours de l’apathie des faibles.

Cette année, l’Allemagne peut vraiment et définitivement relever la tête. Nous avons prouvé que nous sommes tous humains, qu’il n’y a pas un peuple plus valeureux que l’autre et que nous pouvons tous nous tromper de bulletin de vote.  Les conséquences ne sont pas les mêmes, heureusement, mais le geste est semblable : placer un bulletin dans l’urne.

 

Conseils de lecture :

  • Le Messager du Crocodile  de Jean-Claude Lavaud aux éditions L’Harmattan. L’auteur est docteur en anthropologie, il connait bien et aime le Burkina Faso, où se situe cette belle histoire, pleine d’enseignements et de sentiments. Le rythme est rapide, on se laisse prendre dès le début. Le style est simple, sans fioriture, il ne s’agit pas de littérature, mais on passe un bon moment à le lire même si la présentation des personnages est un peu confuse au départ et la fin n’apaise pas notre curiosité : une suite serait bienvenue.
  • Avant d’aller dormir de SJ Watson. Ce n’est pas une nouveauté, l’édition est de 2011 mais ce premier roman est d’une maturité exceptionnelle. On reste scotché, sans pouvoir poser le livre, avec un suspense qui se renforce au fil des pages jusqu’à la fin. Un livre sur la mémoire aussi puisque l’héroïne est amnésique, avec une analyse fine du « souvenir », qui nous renvoie à nos propres souvenirs et aux réactions parfois incompréhensibles de celui qui souffre et qui se sent à la merci des autres. Un livre sur le temps qui passe aussi, sur la vieillesse, les erreurs, les occasions ratées…Bref, un bon livre.

 articles :

croquettes thon/olives : une recette économique et délicieuse

perdre quelques kilos superflus

Trucs et astuces

Marguerite d’Autriche et le Monastère de Brou

Cette page continuera de se remplir au fil des prochains mois.

avril 2012

OLYMPUS DIGITAL CAMERA


OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Photo prise à Londres – Fin mars 2012.

  • A voir absolument si vous êtes de passage à Londres : l’expo photo sur les animaux située à l’extérieur du Science Museum.
  • une lecture conseillée : Antechrista d’Amélie Nothomb. Un petit livre qui se lit très vite mais qui est formidablement efficace pour montrer la perversité à l’œuvre. Pour avoir côtoyé une perverse narcissique dans ma vie professionnelle, je peux certifier que c’est très bien observé.
  • une anecdote :
Un jour pendant l’Occupation, alors que Picasso vivait à Paris, la Gestapo a pénétré dans son atelier.
Ils ont vu son tableau « Guernica ».
L’un des hommes lui a demandé:
« C’est vous qui avez fait ça? »
Picasso leur a répondu:
« Non.
C’est VOUS. »

Et un premier article, pas très printanier, je l’avoue, suivi d’un deuxième, de type « feuilleton ».

Février 2012


1 février 2012 au jardin
1 février 2012 au jardin

Un peu de vague à l’âme en février et un hommage à une jeune lycéenne qui m’a énormément émue par sa plaidoirie, d’où le dernier article…

Articles :

Une lecture :

  • une nouvelle d’Isaac Babel intitulée Le Roi  (Король) , qui fait partie des Contes d’Odessa: suspense, humour, personnages bien campés avec l’ambiance du quartier juif de l’époque. On passe un très bon moment. Je conseille l’édition bilingue disponible à la Fnac : Одесские рассказы

Dans les lueurs fumeuses rôtissaient les visages de vieilles, les mentons tremblotants.

 

Enfin, le début d’un feuilleton : atelier d’écriture

août 2011


géranium rose
géranium rose

En cet automne précoce, les fleurs battues par la pluie quotidienne se font rares, en voici une qui fait tout de même sourire ce mois d’août.

Bienvenue aux nouveaux abonnés de l’été !

Une citation de Mark Twain, pas très éloignée de celle de Virgile citée dans la page du mois de juillet :

Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait. …

Et une autre, qui fait sourire « jaune » :

Tu crois que les adultes auront remis le monde en état quand ils nous le passeront ?
[ Bill Watterson ]
Extrait de la bande dessinée Calvin et Hobbes – On est fait comme des rats

Un article d’actualité avec la rentrée des classes toute proche :

les tomates calibrées

Essai : vous pouvez cliquer pour demander à une entreprise de sponsoriser le World Wild Fund. Je n’ai pas encore bien compris comment cela fonctionne cependant.

janvier 2011


embarquement pour la nouvelle année

Petit rappel : cette page mensuelle se remplit au fur et à mesure, de tout et de n’importe quoi d’ailleurs. Pour une page complète, il faut donc se reporter au(x) mois précédent(s).

Pour cette année 2011, je vous souhaite de savoir choisir quels sont vos « gros cailloux ». (cf août 2010)

Une astuce :

Si vous ne parvenez pas à choisir entre deux alternatives (oui, c’est une redondance, je sais, les alternatives vont toujours par paires) : choix d’un film, d’un vêtement, ou même choix plus important, vous pouvez utiliser ce petit truc qui permet de savoir ce que votre coeur veut vraiment, caché sous les multiples arguments contradictoires de la raison.

Vous tirez tout simplement à pile ou face et dès que la pièce est tombée, vous ressentirez immédiatement un soulagement ou une déception, alors vous saurez…et vous ne prendrez pas forcément l’option annoncée par la pièce.

Et cette citation de Mallarmé :

Un coup de dé jamais n’abolira le hasard.

Enfin, sachez que les choix que l’on fait ne sont pas toujours aussi importants qu’ils en ont l’air. Au bout du compte, rien n’est soit magnifique soit horrible, le choix se fait entre deux options qui ont toutes deux avantages et inconvénients et il est beaucoup plus important de donner volonté et énergie pour tirer le meilleur de ce qui se présente à vous. Il n’y a peut-être pas de mauvais choix.

Une nouvelle petite anecdote dans « mots d’enfants« 

Une autre suggestion de lecture dans ma bibliothèque idéale : les deux romans autobiographiques de Roald Dahl

Décidément, ranger ma bibliothèque va être un peu long si tous les deux livres, j’écris un nouvel article… Voici Jean Giono

Un peu de mythologie avec Hadès, le dieu des Enfers

Un hommage à Marguerite Boucicaut

et après quelques saintes et leurs attributs

voilà une des plus belles chansons de Léo Ferré : C’est Extra

On termine par un dessert délicieux : recette rapide de pommes au beurre au cognac.



décembre 2010


Crest Voland
Crest Voland

Pour ce dernier mois de l’année 2010

un film : Harry Potter

Je plains ceux qui n’entrent pas dans ce monde imaginaire qui nous parle de choses profondes avec beaucoup de finesse.

Chaque élément du film semble travaillé par le meilleur spécialiste mondial : les prises de vues, les paysages, les effets spéciaux, les maquillages, les costumes et surtout les ombres chinoises d’un conte imbriqué dans le conte.

Une citation

C’est la parole qui est d’or, le silence est souvent de plomb – Hervé Bazin

Hervé Bazin a souffert dans son enfance de cette frilosité qui fait qu’on n’aide pas un enfant qui souffre parce qu’on ne veut pas d’histoires, parce qu’on ne veut pas se mêler de ce qui ne nous regarde pas, parce qu’on a peur de représailles ou peur de perdre un temps précieux en démarches, parce que le bourreau est un collègue sympathique et qu‘on va se faire mal voir du groupe de travail …
Le courage est une valeur dépassée et c’est bien dommage. Au moment de Noël, certains enfants ont plus besoin d’un regard que d’un cadeau.
How many times can a man turn his head
And pretend that he just doesn’t see  (Léonard Cohen)
Continuons de préparer notre avenir et celui de nos enfants en réfléchissant aux idées proposées par Arnaud Montebourg et en les diffusant autour de nous.
Pour vos cadeaux de Noël, offrez des rêves et pour le même prix, offrez des idées aussi : Des idées et des rêves

Voici un nouvel extrait :

Croître et faire grandir la richesse ? Mais si cette richesse n’en était pas une puisqu’elle oublie ou dissimule les destructions irréversibles des biens naturels qu’elle entraîne inexorablement ?

Et pour en savoir plus : le blog d’Arnaud Montebourg

Un petit rappel de mes articles ayant trait à Noël :

Et si vous voulez fabriquer vos cartes de vœux :

Allez, un article « mythologie » comme vous les aimez :

Et probablement le dernier article de l’année :

Bienvenue à mes nouveaux abonnés et bonnes fêtes de fin d’année à tous !

Recette de marmelade d’agrumes

une recette de marmelade d’agrumes


geléé de raisins et marmelade d’agrumes
  •  6 oranges dont au moins une non traitée
  • 2 citrons dont 1 non traité
  • 1 pamplemousse rose non traité
  • Du sucre roux de préférence
  • Éventuellement, si vous manquez de temps, un produit pour prise rapide à base de pectine de fruits sera parfait. La cuisson sera alors de 7 minutes.

Matériel

  • I grand récipient à fond épais
  • Une écumoire
  • I cuillère en bois à long manche
  • Des pots préalablement ébouillantés et bien séchés
  • I entonnoir plastique dont la pointe est coupée (on en trouve dans le commerce, sinon, il suffit de le fabriquer soi-même)

comptez 1,2 kg de fruits épépinés, pelés et passés au mixer pour 1 kg de sucre.

Prélevez les zestes des fruits non traités ( nombreux mais fins) et placez-les quelques minutes dans l’eau bouillante pour les amollir. Il est possible aussi ensuite de les faire dorer dans du beurre et de mettre le tout dans la confiture en fin de cuisson. Le beurre évite la formation d’écume.

Cuisson

Dans le grand récipient, mélangez les fruits mixés, les zestes et le sucre.

Chauffez à feu moyen sans cesser de remuer.

Lors de cette première phase, enlevez les pépins résiduels qui remontent à la surface et écumez.

Placez l’écume dans un bol, elle fera le bonheur des enfants mais devra être consommée rapidement (dans la semaine avec conservation au réfrigérateur).  Cette écume porte différents noms selon les patois locaux: «creuchi» en Bresse par exemple.

Lorsque l’évaporation est moins dense, que les bouillons sont plus serrés, observez la goutte qui se forme à la pointe de la grosse cuillère en bois avec laquelle vous remuez, lorsque vous la relevez. Si cette goutte devient moins fluide, la confiture ou marmelade est prête.

Mettez en pots et fermez immédiatement.  Placez le pot quelques minutes à l’envers pour assurer la stérilisation du couvercle.

%d blogueurs aiment cette page :