Le rapport Meadows

Quelques explications sur le célèbre rapport Meadows


Ce texte a pour source une interview récente de Dennis Meadows et tente de donner quelques informations sur ce fameux rapport Meadows dont on parle beaucoup à l’heure actuelle.

En 1970, on demande à un groupe de chercheurs du MIT (Massachusset Institute of Technology) une étude sur l’avenir de l’humanité. Il s’agit de simulations par ordinateur. Selon les choix politiques qui seront actés, on aboutit à 13 scénarios possibles, le plus catastrophique étant dénommé « Business as usual », c’est-à-dire « on continue comme avant ».

Ce rapport a eu un immense retentissement, a été traduit en 35 langues et des scientifiques l’ont comparé année après année à la réalité et en 2020 il colle parfaitement à la réalité. Et nous avons suivi le pire scénario.

Remarque: le dérèglement climatique n’apparait pas dans ces calculs, il est en « bonus », mais la fin de nombreuses ressources, si.

Ce rapport a évidemment été très critiqué dès sa sortie, surtout par des économistes ne l’ayant pas lu. Entre évoluer et critiquer, il est évident qu’il est bien plus facile de critiquer.

En 1972, la population mondiale a atteint 3,6 milliards d’habitants et double tous les 32 ans. A titre de comparaison, au XVIIème siècle, elle n’est que de 500 000 habitants et ne croît que de 0,3% par an. Le rapport prévoit pourtant que nous n’atteindrons pas le poids insupportable de 12 milliards d’habitants parce que la Nature réagit toujours en cas de surpopulation d’une espèce: si on ne restreint pas la fécondité politiquement, des épidémies ou des famines feront le travail, sans parler des guerres.

Quelle démographie ? Cela dépend du train de vie, évidemment, mais il faudrait plutôt être un milliard d’individus que neuf milliards sur notre planète. On peut continuer d’avoir des enfants mais en moins grand nombre et le problème est surtout la répartition des richesses. Ce sont les insatiables très riches qui sont au coeur du problème.

On s’aperçoit aussi que la croissance économique mondiale est encore plus rapide qu’en 1970, alors même que le bien-être moyen de la population mondiale ne s’améliore plus et qu’il a même tendance à diminuer. On sait aussi que la croissance, verte ou autre, ne peut être infinie dans un monde limité. L’expression « développement durable » est un oxymore, comme le souligne Dennis Meadows.

Le début des gros problèmes était prévu en 2020. Depuis 1970 ! Pourquoi sommes-nous incapables de réagir à temps ? Depuis la nuit des temps, l’esprit humain n’a pas eu besoin d’anticiper à long terme, il n’est pas formaté en conséquence. Il agit quand il voit le problème. Malheureusement, le climat a une inertie qui se compte en siècles, un peu comme si on se rendait maintenant compte qu’on est monté dans un train fou.

Ajoutons à cela qu’une société diversifiée, comprenant plusieurs groupes différents dans leurs coutumes, leurs opinions, leur niveau de vie, etc. évolue plus difficilement car il est presque impossible d’obtenir un consensus, il y a toujours un groupe qui est contre. De plus, la plupart des gens ne partent pas d’informations pour trouver des solutions, comme le ferait un esprit scientifique mais plutôt d’une solution qui leur convient et trouvent ou inventent ensuite des informations qui corroborent ce choix.

D’après Dennis Meadows, interrogé récemment, le bien-être et le confort vont poursuivre inéluctablement leur décroissance. Il insiste sur la notion de dépassement en prenant l’exemple d’une personne qui aurait économisé pendant trois ans puis qui dépenserait plus qu’elle ne gagne. On comprend vite que tout va bien pendant un certain temps, tant qu’elle vit sur ses économies, puis qu’elle ne peut plus ensuite continuer avec le même train de vie et qu’elle doit impérativement réduire ses dépenses, d’autant plus si elle n’a pas réagi immédiatement et qu’elle s’est endettée. Aujourd’hui, sans croissance continue, si quelqu’un a plus, un autre aura moins.

Le professeur Meadows prend l’image de parents qui ont un bébé. Ils souhaitent qu’il mange bien et qu’il se développe, qu’il grandisse et prenne du poids. Cependant, à l’adolescence, ils ne souhaitent plus qu’il continue à grandir et à prendre du poids mais plutôt qu’il s’améliore intellectuellement. Pourquoi ne fait-on pas de même avec le monde physique ? Pourquoi nos mentalités n’évoluent-elles pas et ne s’adaptent-elles pas ? « Plus » ne signifie pas « mieux ».

L’idée de succès s’est rétrécie au fait d’avoir plus d’argent. Une vie réussie n’est plus comme auparavant associée à des qualités, comme être un musicien extraordinaire, par exemple, mais au fait de détenir une montre extrêmement chère. La publicité incite également à cette distorsion des valeurs. Il y a donc hélas peu d’espoir d’évolution radicale dans une démocratie. Les riches et tous ceux qui gagnent au système actuel font obstacle à tout changement.

Comment la fin de la croissance va-t-elle se manifester ? « C’est là un problème de court terme », répond Dennis Meadows, « la Nature frappe en dernier ». Pour le moment, en Europe, on fait tourner la planche à billets, en privilégiant le court terme, cette monnaie va donc s’effondrer tôt ou tard car le système n’est pas viable ou alors il va devenir très différent de ce qu’on connait..

On lui pose souvent la question: » Allons-nous parvenir à résoudre le problème? » Mais le problème sera résolu de toutes façons, répond-il, et certainement pas comme on aimerait qu’il le soit. En fait la question que les gens se posent est plutôt: « Est-ce que les riches blancs du Nord vont garder leurs privilèges et leur façon de vivre ? » La réponse est non car cette société ne peut pas durer beaucoup plus longtemps. En aucun cas une société énergivore ne pourra subsister. Cependant cette ère de transition pourrait peut-être s’étaler sur plusieurs centaines d’années. (Personnellement, je suis persuadée que ce sera bien plus rapide).

Le problème n’est pas la démocratie ou quelque système politique que ce soit, mais plutôt les objectifs que ce système se donne. La démocratie elle-même prend d’ailleurs des formes très différentes selon les pays. Si l’objectif est la croissance, comme c’est le cas dans les pays occidentaux en ce moment, c’est fichu. Il faut savoir qu’en cas de crise, les populations choisiront toujours l’ordre plutôt que la liberté. Les promesses d’un dictateur sont mensongères mais simples à comprendre et on a envie d’y croire. Le capitalisme ne serait pas un problème s’il ne négligeait pas les contraintes écologiques, mais il se heurte à de grandes difficultés: comment par exemple taxer le carbone dans les zones de libre-échange, quand chacun fait ce qu’il veut ?

Il est trop tard pour éviter les catastrophes mais on peut encore en limiter la portée en s’adaptant aussi vite que possible. Quels sont les choix qui nous restent? Un problème est défini par la différence entre ce que vous voulez et ce que vous avez, il faut donc soit acquérir plus soit désirer moins pour être heureux.

Il y a deux catégories de problèmes : Les mondiaux, qui demandent une action concertée et que personne ne peut résoudre à lui seul et les universels. Pour ces derniers, chacun peut agir là où il se trouve, en tant qu’individu ou plus sûrement au sein d’un pouvoir local, au niveau d’une commune ou d’une communauté de communes. Cela peut porter sur la pureté de l’eau ou une criminalité locale, la déforestation autour de chez soi, etc.

La résilience est de pouvoir supporter les chocs à venir. Aujourd’hui, on cherche à augmenter l’efficacité au dépens de la résilience. Par exemple, une seule usine d’essuie-glaces dans le monde est plus efficace, c’est-à-dire moins chère à la production. En cas de problème cependant, il n’y a pas de solution de rechange. Pour être résilient il faut placer des tampons anti-chocs, des réserves, plusieurs sources d’approvisionnement… Posons-nous les questions : de quoi ai-je besoin ? Comment puis-je l’obtenir ? En cas de panne ou de rupture, quelles plan B ai-je prévu ? Avoir plusieurs compétences, diversifier ses réseaux améliore la résilience.

Il faut comprendre que tous ces problèmes comme le covid ou l’érosion des sols, le changement climatique ou autre sont en fait des symptômes. Soigner les symptômes n’a pas de sens sur le long terme. Dans 300 ans, le niveau de l’eau pourrait monter de 15 à 20 mètres, placer une digue sur trois mètres est un cautère sur une jambe de bois. Il faut aller à la cause de tous ces problèmes, qui est clairement identifiée: c’est la croissance, y compris démographique.

Ce dont le rapport ne peut rendre compte, ce sont les événements disruptifs comme la récente pandémie de covid et surtout sa gestion. En prenant en compte ces alea encore inconnus mais qui arrivent forcément une année ou l’autre, j’ai pour ma part plutôt l’image d’un escalier que d’une courbe pour notre avenir.

Gardons à l’esprit cependant qu’un mal apporte souvent un bien, ainsi le premier confinement a-t-il un peu et temporairement amélioré le niveau des émissions de CO2. Il a également contribué à un changement de priorités chez nombre de nos concitoyens, valorisant la vie familiale et non plus l’argent gagné au travail, habituant certaines entreprises au télétravail, rendant la Nature et les zones rurales plus attractives. Ces choix politiques ne se traduisent malheureusement pas encore dans les urnes ou en tous cas dans les sondages.

Faut-il en pleurer ? « A quoi sert d’être malheureux devant l’inéluctable ? » réplique le vieux chercheur.

Pour continuer dans ce thème:

Le piège à singe

Les Fantômes du Futur

ENVIRONNEMENT- EFFONDREMENTS et RESILIENCE

Conférence sur l’effondrement de notre société.

texte de Catherine Bernard

Auteur : Annbourgogne

littéraire de goût, formation, loisirs, métier. retraitée passionnée mythes et légendes

2 réflexions sur « Le rapport Meadows »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :