Deux Poèmes

Dansant comme des masques jetés à la face de la Prudence


Un peu d’émotion, des mots…

je vous offre ces deux textes d’Annick Bourbon Rochette

IVRESSE

Impatients et tremblants

Nous progressons du bout des doigts sur les sentiers interdits

Des rêves de chemins de traverse

A demi enfouis sous les ruines du Temps

Vivants pourtant

Ivres soudain d’arc-en-ciel

Dansant

Comme des masques jetés à la face de la Prudence

Mais à genoux devant la grâce musicale des étoiles,

Et, juste le temps d’un intervalle,

Comme un soupir posé sur la ligne de nos vies,

Liés

Par le fil d’un regard

Silence

Au début le silence.

Le Temps n’existe pas.

Pense, pense.

La Parole fut,

Futile,

Fut-elle

Divine ?

Là commence l’Histoire,

Noire, noire.

Au milieu le soupir

Silence, silence…

Vacarme et pause,

Pause et musique

Dansent, dansent

Blanches et noires

A la fin le Silence

Dense, dense.

Auteur : Annbourgogne

littéraire de goût, formation, loisirs, métier. retraitée passionnée mythes et légendes

2 réflexions sur « Deux Poèmes »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s