Une escapade dans le Quercy


Collonges la Rouge

Nous sommes partis de Bourgogne et avons fait une première halte au Château de Lapalisse, qui vaut tout à fait la visite.

Une deuxième halte était dans un des plus beaux villages de France: Collonges la Rouge. J’adore cet endroit, je m’y sens bien, à la fois sereine et dynamique. Nous y avons fait quelques achats chez le coutelier Eustache. Le choix des auberges pour déjeuner est très large mais nous avons opté avec bonheur pour Le Cantou.

Nous avons séjourné dans un chalet « écologique » au Bois de Faral. L’accueil y est formidable, rien ne manque pour le confort des hôtes. http://www.bois-de-faral.com

Saint-Cirq Lapopie est absolument charmant mais il faut être bien chaussé dans les ruelles en pentes. Une jolie excursion en bateau sur la Dordogne, intitulée « la croisière 7 merveilles », avec les commentaires bien tournés d’une jeune guide a bien terminé cette journée.

St Cirq Lapopie

L’arrivée sur le site naturel de Rocamadour nous rend humble.

Rocamadour

Le petit train est incontournable sauf pour les mollets très aguerris. Même si l’on n’est pas croyant, contempler la petite vierge noire comme tant d’autres avant nous, humbles passants ou têtes couronnées, depuis des siècles, nous laisse méditer sur cette chaine humaine ininterrompue. C’est un peu comme si l’on donnait la main à Blanche de Castille ( là, je me laisse peut-être un peu emporter ) Pour revenir sur terre, rien ne vaut un dessert sublime : un sorbet mandarine arrosé de liqueur de mandarine avec une tranche d’orange caramélisée.

Les villages du Quercy ont gardé les anciennes maisons avec un toit bien caractéristique qui leur donne l’air de sortir d’un livre de contes de fées. On y mange peu de légumes, le foie gras et les manchons de canard semblant être la nourriture de base. Je recommande à l’apéritif le Fénelon, association de vin de Cahors, de vin de noix et de liqueur de cassis. Heureusement, plusieurs itinéraires de randonnées permettront de ne pas doubler de volume pendant cette pause gastronomique.

Allez faire un tour à Gourdon, avec ses ruelles médiévales et ses commerces souvent écologiques: brocantes, seconde main, restaurant végétarien, artisans et en particulier la possibilité de stages auprès d’une céramiste meilleure ouvrière de France.

Gourdon

Le parc animalier de Gramat est une jolie promenade à faire et j’ai fait la rencontre d’un raton laveur qui posait littéralement pour les photos.

J’ai pourtant été un peu déçue car si certains animaux bénéficient d’un large espace, d’autres n’ont pas la même chance. Un bon point cependant pour des toilettes sèches innovantes.

Si vous poussez jusqu’à Carlucet, vous serez aimablement reçu sur le domaine du vigneron indépendant et paysan brasseur David Verdier, écologiste convaincu. www.cantemerle4c.com

En revanche, je tairai le nom d’une ferme qui fait beaucoup de publicité. Les pauvres chèvres ne voient jamais le jour, enfermées pour plus de commodité. Eh oui, c’est fatigant d’aller les emmener brouter. La présence du loup est un prétexte bien pratique invoqué tardivement dans la conversation. Il n’en demeure pas moins que, pour ceux qui aimeraient voir gambader leurs chèvres, cela reste un problème difficile et j’en conviens tout à fait. Des solutions existent mais elles sont onéreuses ( emploi d’un berger, présence de chiens spécifiquement dressés, etc.) Quand serons-nous prêts à payer le vrai prix de ce que nous consommons ?

Voilà un tout petit aperçu de quelques bonnes adresses locales. Ajoutez les vôtres en commentaire.

semaine 16 – avril 2010


jardin d'Apremont
jardin d'Apremont

Une image fleurie d’un des plus beaux villages de France

Un dicton trouvé dans un roman de Julian Barnes

 Les gens vous pardonnent tout, sauf l’aide que vous leur apportez.
Ce n’est pas toujours vrai, heureusement.
 
Allez, Cardarelli est plus gai:
Lui le disse: « andiamo
In campagna a mangiare
Le mele…Lei sorrise,
Non era la prima mele…

(traduction: Il lui dit: allons à la campagne manger des pommes. Elle sourit, ce n’était pas la première pomme)

 articles

semaines 14 et 15 – avril 2010


prunus
prunus

Comme d’habitude, de tout un peu et surtout dans le désordre…

Une image de printemps

Un proverbe

Chi va piano va sano

L’équivalent est « Qui veut aller loin ménage sa monture »

un aphorisme de René Char

L’essentiel est sans cesse menacé par l’insignifiant

Quelques paroles d’une chanson de Joan Baez

She’s tired of her lover

And she thinks he ought to know

But it’s hard to find the words to say

It’s time for me to go

Un poème de Jules Supervielle

Je bats comme des cartes

Malgré moi, des visages,

Et tous ils me sont chers.

Parfois l’un tombe à terre

Et j’ai beau le chercher

La carte a disparu.

Je n’en sais rien de plus.

C’était un beau visage,

Pourtant je l’aimais bien.

Je bats les autres cartes.

L’inquiet de ma chambre,

Je veux dire mon coeur,

Continue à brûler

Mais non pour cette carte,

Q’une autre a remplacée.

C’est un nouveau visage,

Le jeu reste complet

mais toujours mutilé.

C’est tout ce que je sais,

Nul n’en sait davantage.

 Et enfin un article:

Ainsi que la suite du feuilleton: mots d’enfants

Sans oublier les ajouts dans la rubrique Loisirs et sorties

%d blogueurs aiment cette page :