sorte de poulet chasseur


Ingrédients :

  • un poulet fermier
  • vin blanc
  • champignons (en boite si on veut)
  • crème
  • farine ou fécule
  • ce qu’on a sous la main : oignons, carottes, pesto, reste d’olives apéritif, figues fraîches, beurre persillé…

Vous commencez la préparation tout de suite après le petit déjeuner car cela mijote doucement et longtemps (1 à 2 heures).

  • Découpez le poulet, pelez et couper les 2 carottes en tranches fines, épluchez et coupez les 3 oignons.
  • Faites revenir tout cela dans un mélange beurre et huile.
  • saupoudrez de farine ou fécule et remuez bien encore.
  • arrosez de vin blanc et d’un petit peu d’eau en remuant encore.
  • salez, poivrez, pimentez d’espelette…2 feuilles de laurier seront les bienvenues.
  • ajoutez pesto, beurre persillé (1 cuillère à café de chaque)
  • ajoutez olives et champignons.
  • Monter à une très légère ébullition puis laissez mijoter à feu très doux.
  • 30 mn avant la fin, ajoutez les figues
  • 10 mn avant la fin, ajoutez la crème fraiche.

La viande doit bien se détacher de l’os. On peut servir sur des croûtons aillés ou avec du riz en accompagnement.

Je me suis bien régalée, je vous souhaite la même chose.

 

Publicités

actualités de la semaine 7


Paris
Paris

 Quoi de neuf cette semaine ?

  • un ancien proverbe de ma grand-mère :

« Tout ce qui traîne se salit »

indiquant qu’on ne doit pas reporter au lendemain car souvent la corvée n’a fait qu’augmenter : document perdu, mémoire défaillante, morceau d’objet à recoller devenu introuvable …

  • début d’un nouveau feuilleton sur le jardin avec l’anecdote des framboisiers voyageurs
  •  poursuite du feuilleton « mots d’enfants«  
  • dans la série « n’importe quoi » Qu’est-ce qu’un dazibao? Je me suis réveillée avec ce nom en tête ce matin, il devait faire partie d’un rêve de la nuit. J’ai cherché dans le dictionnaire et au cas où vous l’ignoreriez, c’est une sorte de journal chinois placardé contre le mur.
  • une entrée facile et délicieuse : lamelles de gros champignons de Paris frais assaisonnés à votre goût : sel,  poivre, herbes de Provence… et arrosées d’huile d’olive (de préférence de l’excellente, achetée sur place à l’huilerie ou sur un marché bio, même si elle est beaucoup plus chère).  A déguster immédiatement.
  • un roman original : « Au bon roman » de Laurence Cossé, publié chez Gallimard. L’idée d’une librairie qui ne vendrait que des bons romans, parmi lesquels, oh irrévérence, n’apparaissent pas beaucoup de prix Goncourt. Et tout cela bien écrit, avec une intrigue au rythme soutenu.
  • et de nouveaux articles bien sûr.

 La cigale de Jean Anouilh

recettes de sauces dont une très ancienne

les muses

Bethsabée : personnage biblique

Tiramisù à ma façon

 

Recette de marmelade d’agrumes


geléé de raisins et marmelade d’agrumes
  •  6 oranges dont au moins une non traitée
  • 2 citrons dont 1 non traité
  • 1 pamplemousse rose non traité
  • Du sucre roux de préférence
  • Éventuellement, si vous manquez de temps, un produit pour prise rapide à base de pectine de fruits sera parfait. La cuisson sera alors de 7 minutes.

Matériel

  • I grand récipient à fond épais
  • Une écumoire
  • I cuillère en bois à long manche
  • Des pots préalablement ébouillantés et bien séchés
  • I entonnoir plastique dont la pointe est coupée (on en trouve dans le commerce, sinon, il suffit de le fabriquer soi-même)

comptez 1,2 kg de fruits épépinés, pelés et passés au mixer pour 1 kg de sucre.

Prélevez les zestes des fruits non traités ( nombreux mais fins) et placez-les quelques minutes dans l’eau bouillante pour les amollir. Il est possible aussi ensuite de les faire dorer dans du beurre et de mettre le tout dans la confiture en fin de cuisson. Le beurre évite la formation d’écume.

Cuisson

Dans le grand récipient, mélangez les fruits mixés, les zestes et le sucre.

Chauffez à feu moyen sans cesser de remuer.

Lors de cette première phase, enlevez les pépins résiduels qui remontent à la surface et écumez.

Placez l’écume dans un bol, elle fera le bonheur des enfants mais devra être consommée rapidement (dans la semaine avec conservation au réfrigérateur).  Cette écume porte différents noms selon les patois locaux: «creuchi» en Bresse par exemple.

Lorsque l’évaporation est moins dense, que les bouillons sont plus serrés, observez la goutte qui se forme à la pointe de la grosse cuillère en bois avec laquelle vous remuez, lorsque vous la relevez. Si cette goutte devient moins fluide, la confiture ou marmelade est prête.

Mettez en pots et fermez immédiatement.  Placez le pot quelques minutes à l’envers pour assurer la stérilisation du couvercle.