Les Gens Pleurent La Nuit


Durant le jour, les gens vont, les gens viennent.

Ils sont occupés à tant de travail

Sérieux,

Qui prend leur temps, qui prend leur vie,

Et la montre répète à l’envi

Plus vite

Plus vite

Mais au soir, lorsqu’ils caressent les boucles

De leurs petits enfants, ils pensent, les gens,

Ils pensent …

Ils pensent que ceux-là seront bien jeunes encore

Dans dix ou vingt ans,

Quand il faudra mourir.

Alors, la nuit, ils pleurent, les gens.

Heureusement, le jour, les distractions ne manquent pas.

On les paye en énergie, comme

Une peau de chagrin qui chaque jour rétrécit.

Et ils promettent, les gens, ils promettent

Que demain

Demain est encore loin.

Mais parfois, quand même, ils pensent, les gens

Et la nuit, ils pleurent.