mars 2012


Oeuvre de Dali au Château de Pommard
Œuvre de Dali au Château de Pommard

Une petite citation amusante de Victor Hugo pour commencer ce mois printanier :

Il y a des gens qui vous laissent tomber un pot de fleurs sur la tête d’un cinquième étage et qui vous disent : je vous offre des roses .

Et cette autre, très belle,  de Christian Robin (en remerciant au passage Batihouman dont je conseille le blog.)

  « le bonheur, ce n’est pas une note séparée, c’est la joie que deux notes ont à rebondir l’une contre l’autre »

Et puis cette œuvre de Dali à la gloire de l’acte sexuel, puisque c’est le printemps et que les hormones se réveillent …La muraille est vaincue, la virginité est morte, très explicite mais tellement réussi.

Un premier article :

Et puis une ravissante petite fable de Henri Gougaud :

La jarre fendue
Un pauvre homme, tous les matins, allait remplir à la rivière deux grosses jarres qu’il portait aux deux bouts d’un bâton de fer posé au travers de sa nuque. Celle de droite était parfaite, joufflue, luisante, fière d’elle. Celle de gauche était fêlée. Elle perdait son eau en chemin, et donc elle s’estimait mauvaise. Elle en souffrait. Elle avait honte, tellement honte qu’un beau jour elle osa dire, toute en pleurs :
– Pardonne-moi, pauvre porteur.
– Te pardonner ? répondit l’homme. Pourquoi donc ? Qu’as-tu fait de mal ?
– Allons, tu sais bien, chaque jour tu nous emplis d’eau à ras bord, tu t’échines, tu t’exténues à nous porter à la maison, et quand enfin nous arrivons, ma compagne a fait son devoir, elle a la conscience tranquille. Moi, non. Je sens qu’elle me méprise. J’aimerais être comme elle est, mais vois, je suis vide à moitié, et tu dois m’en vouloir beaucoup.
– On non, au contraire, dit l’homme. Regarde le bord du chemin, de ton côté. Qu’est-ce que tu vois ?
– Des fleurs partout. Elles sont superbes.
– L’eau que tu perds, jarre fendue, les arrose tous les matins. Tous les matins elles te bénissent, et moi je te bénis aussi, car chaque jour je peux offrir un beau bouquet à mon épouse. Tu fais la joie de ma maison. Regarde de l’autre côté. Ta compagne, certes, est parfaite, mais que vois-tu ?
– Cailloux, poussière.
– Chacun fait selon sa nature. Ne change rien, ma bonne amie. Et ne regrette pas tes failles. Vois comme elles nourrissent la vie.
Henri Gougaud, Le livre des chemins

janvier 2012


La Fille du Père Noël - dessin d'Elsa Miravallez
La Fille du Père Noël - dessin d'Elsa Miravallez

Pour nous emmener en 2012, voici un dessin de l’artiste Elsa Miravallez Bourbon illustrant un conte du Chat Troubadour.

Je souhaite du fond du cœur une très belle année 2012 à mes lecteurs et les remercie de m’accompagner ainsi dans mes errements gustatifs ou littéraires.

Je souhaite également de nombreuses représentations au Chat Troubadour qui sait si bien faire rêver, chanter et rire les enfants.

Voici un bilan de l’année 2011 du blog, merci beaucoup vraiment à l’équipe wordpress !

Nouveauté : Vous pouvez indiquer que vous avez aimé un article ou une page. Le sondage est installé au-dessus de chaque article.

  • Une phrase tirée d’un roman poétique et insolite : La Tristesse des Anges de Jon Kalman (traduit de l’Islandais).

Mais celui qui ne franchit pas la distance qui mène vers l’autre voit ses jours s’emplir d’un son creux

  • une citation

Dans la communication, le plus compliqué n’est ni le message, ni la technique, mais le récepteur.
[ Dominique Wolton ]

les articles :

Un petit coup de pouce à deux petits commerces du Centre piétonnier de Chalon sur Saône :

  • La Sylphe perlée : fabrication artisanale de bijoux, très tentants. On peut aussi acheter de quoi se fabriquer soi-même son bijou avec les conseils de la créatrice.
  • artisans du monde : produits du commerce équitable dont une excellente huile d’olive de Palestine

Juin 2011


fleurs de juin
fleurs de juin

Ne dirait-on pas que ces fleurs se parent de leur plus beaux atours pour aller au bal, tant la juxtaposition de couleurs et de matières chatoyantes et délicates rendent hommage à ce grand styliste qu’est la nature ?

Un hommage à Georges Semprun, un homme d’exception, passionnant à écouter et qui avait toute mon estime.

Un livre recommandé : Manuel à l’usage des enfants qui ont des parents difficiles – Préface de Françoise Dolto. Plein d’humour et d’anecdotes amusantes mais aussi riche d’enseignement. Pour nous aider à mieux appréhender certains mystères de l’être humain.

Un dicton :  » Dieu te dit de prendre ce que tu veux…et de payer ».

Un festival :  Ce mois-ci, vous pouvez participer à Festivarnes, le festival patoisant de Varennes-le-Grand en Saône et Loire : promenades contées, conteurs d’exception, animations originales pour tous les goûts.

Un article, ou deux,  allez trois !

décembre 2010


Crest Voland
Crest Voland

Pour ce dernier mois de l’année 2010

un film : Harry Potter

Je plains ceux qui n’entrent pas dans ce monde imaginaire qui nous parle de choses profondes avec beaucoup de finesse.

Chaque élément du film semble travaillé par le meilleur spécialiste mondial : les prises de vues, les paysages, les effets spéciaux, les maquillages, les costumes et surtout les ombres chinoises d’un conte imbriqué dans le conte.

Une citation

C’est la parole qui est d’or, le silence est souvent de plomb – Hervé Bazin

Hervé Bazin a souffert dans son enfance de cette frilosité qui fait qu’on n’aide pas un enfant qui souffre parce qu’on ne veut pas d’histoires, parce qu’on ne veut pas se mêler de ce qui ne nous regarde pas, parce qu’on a peur de représailles ou peur de perdre un temps précieux en démarches, parce que le bourreau est un collègue sympathique et qu‘on va se faire mal voir du groupe de travail …
Le courage est une valeur dépassée et c’est bien dommage. Au moment de Noël, certains enfants ont plus besoin d’un regard que d’un cadeau.
How many times can a man turn his head
And pretend that he just doesn’t see  (Léonard Cohen)
Continuons de préparer notre avenir et celui de nos enfants en réfléchissant aux idées proposées par Arnaud Montebourg et en les diffusant autour de nous.
Pour vos cadeaux de Noël, offrez des rêves et pour le même prix, offrez des idées aussi : Des idées et des rêves

Voici un nouvel extrait :

Croître et faire grandir la richesse ? Mais si cette richesse n’en était pas une puisqu’elle oublie ou dissimule les destructions irréversibles des biens naturels qu’elle entraîne inexorablement ?

Et pour en savoir plus : le blog d’Arnaud Montebourg

Un petit rappel de mes articles ayant trait à Noël :

Et si vous voulez fabriquer vos cartes de vœux :

Allez, un article « mythologie » comme vous les aimez :

Et probablement le dernier article de l’année :

Bienvenue à mes nouveaux abonnés et bonnes fêtes de fin d’année à tous !

novembre 2010


ambiance d'un soir d'Automne au couvent des Ursuline de Saint-Denis
ambiance d'un soir d'Automne au couvent des Ursulines de Saint-Denis

En novembre, deux expositions conseillées :

  • Ernest Pignon Ernest au Musée d’Art et d’Histoire de Saint-Denis : magnifique mise en scène dans la Chapelle des Carmélites des représentations de l’extase par le peintre ou comment décrire l’indicible.

la calligraphie arabe ou plutôt les calligraphies arabes à l’Institut du Monde arabe. On apprend entre autres choses passionnantes qu’il existe une calligraphie spéciale pour les princesses.

de la lecture :

  • Des idées et des rêves – Arnaud Montebourg. Rêver puis croire qu’on peut le faire (Yes we can !)  et réfléchir ensemble aux 100 propositions très sensées du brillant avocat.
  • Le champ de la Praude – Madeleine Mansiet Berthaud (éditions Lucien Souny) – Un récit bucolique, émaillé de vocabulaire bressan et très bien documenté. J’ai cru me retrouver chez ma grand’tante à Feillens.  L’Education Nationale de l’époque est très bien vue.
  • Boris Cyrulnik – Je me souviens – émotion et réflexion.
  • Annie Proulx – Noeuds et dénouements : il y a du Zola, du Faulkner, du Steinbeck dans ce roman articulé autour des noeuds :  noeuds de marins, de dentellières, de sorcières… Noeuds de l’amour aussi, si difficiles à défaire et à refaire. Vivre à Terre Neuve, brr…
  • Jean-Claude Carrière – Contes philosophiques du monde entier : on rit beaucoup et on réfléchit aussi

Je cite un extrait de ce dernier ouvrage (C’est un chanoine qui parle):

Pour l’humilité, je ne crains personne

  • du théâtre par l’auteure et metteure en scène Myriam Boudénia. Vous pouvez lire par exemple  l’intéressante pièce Bouchouka, éditée par Alna et apprécier aussi les citations de Shakespeare, Rimbaud ou Lewis Caroll.  Du rythme, du rire et de la réflexion et c’est si bien écrit ! Voici un passage du prologue où un étrange personnage nommé le conteur s’exprime. Et à la fin de la pièce, oui, on se regarde.

Regardez-vous ! Vous êtes des égarés. Vous avez tout oublié, vous avez oublié tout le chemin alors que vous m’aviez promis.

Un proverbe :

C’est quand un arbre est couché qu’on en mesure la grandeur.

En cette période de Toussaint, je pense à certains de ceux qui nous ont quittés et dont on a mesuré la grandeur au vide qu’ils ont laissé.

Un merci à Alexandre Astier et Pascal Boille qui ont si gentiment dédicacé le livre de comptines et poésines qui vient de sortir pour Liova, le petit Prince de Saint-Denis.

Des articles :

Un peu avant l’heure, mais on commence déjà à y penser,  un conte de Noël inédit imaginé par le chat troubadour :

Et bien en accord avec la saison automnale :

Et en avance sur la saison printanière :

Toujours dans la mythologie :

Et enfin, un peu de gourmandise :

Octobre 2010


 
 

vol d'oiseaux à Bresse sur Grosne
vol d'oiseaux à Bresse sur Grosne
Un dicton sur la procrastination que je trouve sympathique et tellement vrai :
Demain est le jour le plus chargé de la semaine

Mais j’ai tout de même trouvé le temps aujourd’hui pour un nouvel article, d’ailleurs ma grand-mère disait souvent « rien de tel qu’un paresseux qui se met au travail » :

 The Sounds of Silence de Simon and Garfunkel

et voici un deuxième et un troisième :

septembre 2010


Une image : une fleur de lotus pour savoir admirer et rester zen.  
 

fleur de lotus
fleur de lotus

Bienvenue au Chat Troubadour, une association qui crée et produit des contes musicaux pour les enfants de la maternelle à la sixième.
 
 
Un hommage
La basilique d’Albi (Tarn) vient d’être inscrite à l’inventaire du patrimoine mondial de l’humanité. Elle est d’une majesté et d’une beauté à couper le souffle.
 
Une idée de lecture
Les cahiers du capitaine Coignet. Cet ancien grognard de Napoléon raconte sa vie de façon simple et émouvante et il se trouve que sa vie est un incroyable roman. (éditions Arléa)
Citations

C’est la nuit qu’il est bon de croire à la lumière – Edmond Rostand

J’ai décidé d’être heureux parce que c’est bon pour la santé – Voltaire

article :

 

août 2010


Une image (voir en bas de page)
 
Rappel : cette page d’accueil est un fourre-tout, très différent des articles proprement dits
 
Articles :
 
 Une formation jazzy : Black and Beautiful. Deux jeunes femmes pleines d’humour et de talent.
 
Un livre recommandé :
L’incendiaire de Highgate de Anne Perry. Collection 10/18
On ne saurait faire une meilleure approche de la condition des mal-logés sous forme de roman policier dont l’action se déroule au temps de la Reine Victoria et de Jack l’éventreur. Hélas, on a l’impression que la situation a peu évolué aujourd’hui.
Le roman se lit d’une traite, les personnages sont complexes et attachants, l’ensemble constitue une très agréable lecture de vacances.
 
Un conseil
En montagne, le danger commence à 50 cm du chemin.
 
Hommage
Avez-vous entendu parler du Liber of Proprietatibus Rem ? C’est une encyclopédie en 19 volumes rédigée vers 1230 – 1240 par un moine franciscain : Bartolomew the Englisman; Elle fut traduite en plusieurs langues, notamment en français pour le roi Charles V.
C’est en lisant une anthologie de Jacques Baudou : Petits Crimes du Temps Jadis (éditions du Masque) que j’ai appris cela, entre nombreux autres détails historiques intéressants.
La publication de Jacques Baudou propose plusieurs petites nouvelles policières du temps passé, en commençant par la Rome antique et en remontant jusqu’au XXème siècle. Un peu inégal mais fort intéressant.
 
Un proverbe
C’est au pied du mur qu’on voit le maçon
 
Une « parabole » : L’ histoire des cailloux
  Un groupe de jeunes cadres supérieurs revient passer une journée de stage dans leur ancienne école. On a demandé à un vieux professeur d’intervenir mais, placée entre la conférence sur les cotes de la Bourse et un cours d’économie, son intervention doit être courte.

Le vieux professeur entre et s’installe tranquillement dans l’amphithéâtre. Sans dire un mot, il place un large bocal vide sur le bureau et un sac qui semble assez lourd. Il sort du sac de gros galets et les introduit dans le bocal : il peut en mettre sept.

Il s’adresse alors aux étudiants : «Est-ce que ce bocal est plein ?»

«Oui» répondent les jeunes gens.

Il prend alors un sac de petits graviers et les répand dans le bocal en secouant bien. Quand il n’en tient plus, il pose la même question.

Un étudiant a flairé le piège et réplique «je ne pense pas».

« En effet », répond le vieil homme, et il verse du sable jusqu’au bord du bocal.

Tient-il encore quelque chose ? demande-t-il.

«oui», répondent les étudiants en riant.

Il verse alors de l’eau qui s’écoule dans le bocal.

Que faut-il retenir de cette leçon ? Interroge le professeur.

– On doit penser que lorsque notre planning a l’air bien rempli, on peut encore trouver de la place pour caser un rendez-vous, suggèrent les jeunes stagiaires.

Non, dit le professeur, cela signifie simplement que si on ne place pas les gros galets en premier, on ne pourra jamais les faire entrer par la suite. Réfléchissez donc à ce qui est le plus important pour vous dans votre vie et choisissez bien vos gros galets.

Une anecdote

Connaissez-vous la buvette de Merzé ? Trois enfants en vacances chez leur grand-mère ont chipé les belles chaises de jardin, une table et ont installé le tout à l’ombre, au bord de la voie verte, à proximité de Cluny.

Les promeneurs peuvent se désaltérer au profit de l’association « les potes du potelet » qu’ils ont créée avec beaucoup d’humour. Ils ont droit en prime à trois jeunes serveurs hilares qui leur jouent une saynète improvisée. Très professionnels malgré tout, ils se relayent sur le temps du repas pour ne pas fermer leur buvette.

Ils ont même rédigé un petit billet publicitaire et sans faute s’il vous plait. Voilà une bonne occupation de vacances et un projet mené à bien. Bravo les p’tits gars !

roche de Solutré
roche de Solutré

juillet 2010


  

dessert de fruits rouges du jardin
dessert de fruits rouges du jardin

Un grand merci à tous les artistes du festival Chalon dans la rue. L’ambiance est très sympathique et les prestations souvent de haut niveau.

Mention spéciale pour Noces en Noir et Blanc, mise en scène de Barbara Boichot.

Un coup de chapeau aux structures musicales et labyrinthe accoustique où s’amusent petits et grands dans le parc Georges Nouelle, ainsi qu’au manège et orgue de barbarie dans le même parc où les enfants chevauchent de véritables oeuvres d’art.

Allez, un petit coup de patte tout de même au plus nul des spectacles vus dans ma vie : cinq personnes, souffrant visiblement de la maladie de la Tourette (qui vous pousse à dire des grossièretés à tout moment), se sont accoquinées pour un spectacle lamentable. Une jeune fille plus tout à fait en fleur hurle un chapelet de gros mots de manière ininterrompue pendant que son accolyte répète inlassablement « bouchez-vous les oreilles ». Les autres personnes ont tout aussi l’air d’être dans un état second : entre deux vins, en hommage trop appuyé à la Bourgogne ? ou plutôt entre deux fumettes de moquette ?  D’après ce qu’on peut comprendre avec les costumes, des treillis et autres vagues uniformes, ce que ces personnes ont à exprimer est d’une originalité déconcertante : la police est méchante et le pauvre peuple se laisse abuser.  Les spectateurs, en tous cas, ont bien l’impression de se faire abuser…

 proverbe :

 Celui qui s’égare découvre de nouveaux chemins

J’ajouterai que tout le génie consiste à savoir reconnaître l’intérêt de ces nouveaux chemins, il ne suffit pas de s’égarer. Hommage donc à Flemming ou à Newton, qui surent utiliser ce que le hasard leur proposait.

Une histoire à méditer sur toute l’importance du sens que l’on donne à son travail :

Nous sommes au Moyen-âge, deux cavaliers s’approchent d’une ville où ils feront halte. Ils aperçoivent sur le bord du chemin un homme qui charge à grand-peine des pierres sur une charrette. Ils échangent quelques mots.

«J’ai un travail très pénible, se plaint leur interlocuteur, vraiment j’envie ceux qui font d’autres métiers. On m‘a dit de charger ces pierres et de les apporter à la ville alors je m’exécute mais c‘est bien parce que j‘ai besoin d‘argent pour vivre».

Ils le saluent et poursuivent leur chemin avant de s’arrêter vers un autre individu qui peine apparemment sur le même labeur. Ils discutent également.

« Je fais un travail extraordinaire, dit cet homme, vraiment quelle chance j’ai de pouvoir participer à une œuvre qui défiera les siècles. Nous construisons une cathédrale, ma vie se passera à apporter de belles pierres et après moi, pendant des générations, d’autres prendront le relais. Dans quatre siècles, nos descendants admireront l’édifice et moi, j’aurai ma part dans cette magnifique œuvre collective. Je n’aurai pas vécu en vain, vraiment. »

On peut lire en rapport avec cette histoire la grille de lecture proposée par l’Academos (cf « mes blogs préférés) pour cette citation de la philosophe HANNAH ARENDT dans Condition de l’homme moderne

« Je propose le terme de Vita activa pour désigner trois activités humaines fondamentales : le travail, l’œuvre et l’action. Elles sont fondamentales parce que chacune d’elles correspond aux conditions de base dans lesquelles la vie sur terre est donnée à l’homme.»

et une citation de Marcabrun (XIIème siècle)

Celui qui compose le vers et le rythme ne sait d’où vient la danse

 Des articles :

juin 2010


  

pavot rose
pavot rose

Une image de fleur rose de pavot décoratif géant : environ 16 cm de diamètre.

Un proverbe qui se discute

L’indulgence est la forme suprême du mépris.

et des articles