avril 2012

OLYMPUS DIGITAL CAMERA


OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Photo prise à Londres – Fin mars 2012.

  • A voir absolument si vous êtes de passage à Londres : l’expo photo sur les animaux située à l’extérieur du Science Museum.
  • une lecture conseillée : Antechrista d’Amélie Nothomb. Un petit livre qui se lit très vite mais qui est formidablement efficace pour montrer la perversité à l’œuvre. Pour avoir côtoyé une perverse narcissique dans ma vie professionnelle, je peux certifier que c’est très bien observé.
  • une anecdote :
Un jour pendant l’Occupation, alors que Picasso vivait à Paris, la Gestapo a pénétré dans son atelier.
Ils ont vu son tableau « Guernica ».
L’un des hommes lui a demandé:
« C’est vous qui avez fait ça? »
Picasso leur a répondu:
« Non.
C’est VOUS. »

Et un premier article, pas très printanier, je l’avoue, suivi d’un deuxième, de type « feuilleton ».

mars 2012


Oeuvre de Dali au Château de Pommard
Œuvre de Dali au Château de Pommard

Une petite citation amusante de Victor Hugo pour commencer ce mois printanier :

Il y a des gens qui vous laissent tomber un pot de fleurs sur la tête d’un cinquième étage et qui vous disent : je vous offre des roses .

Et cette autre, très belle,  de Christian Robin (en remerciant au passage Batihouman dont je conseille le blog.)

  « le bonheur, ce n’est pas une note séparée, c’est la joie que deux notes ont à rebondir l’une contre l’autre »

Et puis cette œuvre de Dali à la gloire de l’acte sexuel, puisque c’est le printemps et que les hormones se réveillent …La muraille est vaincue, la virginité est morte, très explicite mais tellement réussi.

Un premier article :

Et puis une ravissante petite fable de Henri Gougaud :

La jarre fendue
Un pauvre homme, tous les matins, allait remplir à la rivière deux grosses jarres qu’il portait aux deux bouts d’un bâton de fer posé au travers de sa nuque. Celle de droite était parfaite, joufflue, luisante, fière d’elle. Celle de gauche était fêlée. Elle perdait son eau en chemin, et donc elle s’estimait mauvaise. Elle en souffrait. Elle avait honte, tellement honte qu’un beau jour elle osa dire, toute en pleurs :
– Pardonne-moi, pauvre porteur.
– Te pardonner ? répondit l’homme. Pourquoi donc ? Qu’as-tu fait de mal ?
– Allons, tu sais bien, chaque jour tu nous emplis d’eau à ras bord, tu t’échines, tu t’exténues à nous porter à la maison, et quand enfin nous arrivons, ma compagne a fait son devoir, elle a la conscience tranquille. Moi, non. Je sens qu’elle me méprise. J’aimerais être comme elle est, mais vois, je suis vide à moitié, et tu dois m’en vouloir beaucoup.
– On non, au contraire, dit l’homme. Regarde le bord du chemin, de ton côté. Qu’est-ce que tu vois ?
– Des fleurs partout. Elles sont superbes.
– L’eau que tu perds, jarre fendue, les arrose tous les matins. Tous les matins elles te bénissent, et moi je te bénis aussi, car chaque jour je peux offrir un beau bouquet à mon épouse. Tu fais la joie de ma maison. Regarde de l’autre côté. Ta compagne, certes, est parfaite, mais que vois-tu ?
– Cailloux, poussière.
– Chacun fait selon sa nature. Ne change rien, ma bonne amie. Et ne regrette pas tes failles. Vois comme elles nourrissent la vie.
Henri Gougaud, Le livre des chemins

Février 2012


1 février 2012 au jardin
1 février 2012 au jardin

Un peu de vague à l’âme en février et un hommage à une jeune lycéenne qui m’a énormément émue par sa plaidoirie, d’où le dernier article…

Articles :

Une lecture :

  • une nouvelle d’Isaac Babel intitulée Le Roi  (Король) , qui fait partie des Contes d’Odessa: suspense, humour, personnages bien campés avec l’ambiance du quartier juif de l’époque. On passe un très bon moment. Je conseille l’édition bilingue disponible à la Fnac : Одесские рассказы

Dans les lueurs fumeuses rôtissaient les visages de vieilles, les mentons tremblotants.

 

Enfin, le début d’un feuilleton : atelier d’écriture

janvier 2012


La Fille du Père Noël - dessin d'Elsa Miravallez
La Fille du Père Noël - dessin d'Elsa Miravallez

Pour nous emmener en 2012, voici un dessin de l’artiste Elsa Miravallez Bourbon illustrant un conte du Chat Troubadour.

Je souhaite du fond du cœur une très belle année 2012 à mes lecteurs et les remercie de m’accompagner ainsi dans mes errements gustatifs ou littéraires.

Je souhaite également de nombreuses représentations au Chat Troubadour qui sait si bien faire rêver, chanter et rire les enfants.

Voici un bilan de l’année 2011 du blog, merci beaucoup vraiment à l’équipe wordpress !

Nouveauté : Vous pouvez indiquer que vous avez aimé un article ou une page. Le sondage est installé au-dessus de chaque article.

  • Une phrase tirée d’un roman poétique et insolite : La Tristesse des Anges de Jon Kalman (traduit de l’Islandais).

Mais celui qui ne franchit pas la distance qui mène vers l’autre voit ses jours s’emplir d’un son creux

  • une citation

Dans la communication, le plus compliqué n’est ni le message, ni la technique, mais le récepteur.
[ Dominique Wolton ]

les articles :

Un petit coup de pouce à deux petits commerces du Centre piétonnier de Chalon sur Saône :

  • La Sylphe perlée : fabrication artisanale de bijoux, très tentants. On peut aussi acheter de quoi se fabriquer soi-même son bijou avec les conseils de la créatrice.
  • artisans du monde : produits du commerce équitable dont une excellente huile d’olive de Palestine

décembre 2011


Antalya (Turquie)
Antalya (Turquie)

Une image de Turquie, un petit aperçu du paradis terrestre, pour les touristes au moins.

et des articles :

Enfin un grand bravo à la compagnie du Chat Troubadour pour tout le bonheur qui a brillé dans les yeux des enfants lors des représentations de La Fille du Père Noël.

 

 

août 2011


géranium rose
géranium rose

En cet automne précoce, les fleurs battues par la pluie quotidienne se font rares, en voici une qui fait tout de même sourire ce mois d’août.

Bienvenue aux nouveaux abonnés de l’été !

Une citation de Mark Twain, pas très éloignée de celle de Virgile citée dans la page du mois de juillet :

Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait. …

Et une autre, qui fait sourire « jaune » :

Tu crois que les adultes auront remis le monde en état quand ils nous le passeront ?
[ Bill Watterson ]
Extrait de la bande dessinée Calvin et Hobbes – On est fait comme des rats

Un article d’actualité avec la rentrée des classes toute proche :

les tomates calibrées

Essai : vous pouvez cliquer pour demander à une entreprise de sponsoriser le World Wild Fund. Je n’ai pas encore bien compris comment cela fonctionne cependant.

Juin 2011


fleurs de juin
fleurs de juin

Ne dirait-on pas que ces fleurs se parent de leur plus beaux atours pour aller au bal, tant la juxtaposition de couleurs et de matières chatoyantes et délicates rendent hommage à ce grand styliste qu’est la nature ?

Un hommage à Georges Semprun, un homme d’exception, passionnant à écouter et qui avait toute mon estime.

Un livre recommandé : Manuel à l’usage des enfants qui ont des parents difficiles – Préface de Françoise Dolto. Plein d’humour et d’anecdotes amusantes mais aussi riche d’enseignement. Pour nous aider à mieux appréhender certains mystères de l’être humain.

Un dicton :  » Dieu te dit de prendre ce que tu veux…et de payer ».

Un festival :  Ce mois-ci, vous pouvez participer à Festivarnes, le festival patoisant de Varennes-le-Grand en Saône et Loire : promenades contées, conteurs d’exception, animations originales pour tous les goûts.

Un article, ou deux,  allez trois !

Avril 2011


Lyon Parc de la Tête d'Or
Lyon Parc de la Tête d'Or
  • Combien de printemps ?

Voici venu mars et la danse du printemps

un rayon de soleil et une timide primevère pointe son nez

l’exemple est vite suivi et le pré se couvre de touffes colorées

Les violettes entrent dans la danse

et exhalent leur suave parfum

comme ça, pour rien

Alors c’en est fini de la candide pudeur au ras du sol

et les narcisses dressent fièrement leurs corolles

accompagnés par les jacinthes odorantes

De petites feuilles vert tendre couvrent les branches grises

et des promesses d’autres fleurs : lilas, giroflées

sont autant d’annonces de jours meilleurs

Mais le temps s’accélère et à peine a-t-on vu le prunus

se muer en un gigantesque et incroyable bouquet

royalement offert aux gens qui passent

Que déjà la brise légère emporte un à un les pétales roses

qui jonchent bientôt le sol comme pour un mariage

tandis qu’à son tour le cerisier expose ses rameaux magnifiés

Et enivré par la splendeur de la Vie toujours renouvelée

Etourdi par la valse des ans

On se prend à penser, un rien mélancolique

Combien, combien me reste-t-il de printemps ?


  • La citation du mois nous vient de Confucius « La nature fait les hommes semblables, la vie les rend différents. »
  • J’aimerais partager aussi la découverte d’un auteur à l’humour irrésistible : Dean Koontz. Le roman déjanté s’intitule Jour Fatal.
  • et les articles

Michel Serres ( sur l’Education)

Priape, le protecteur des vergers

L’enfant intérieur (un peu de psycho sociologie)

l’Horloge – Charles Baudelaire

Aux Marches du Palais (ah, les chansons d’amour ! La fin vous surprendra peut-être.)

Mars 2010


carnaval 2010 Chalon /s/Saône
carnaval 2010 Chalon /s/Saône
  • Voici venu le temps de carnaval, suivi par l’arrivée du printemps et les premières primevères. On dit au revoir à ce long hiver et puisque l’humeur est guillerette, je me permets une petite histoire drôle, n’en déplaise à Michel Polnareff dont j’apprécie fort le talent.

Un homme âgé, disons 80 ans, discute avec son médecin : « C’est incroyable, ma jeune épouse va avoir un enfant. Je ne pensais pas être père à mon âge ! »

–  C’est incroyable en effet, répond le médecin et je vais vous demander votre avis sur une étrange histoire. Imaginez un homme qui se promène en forêt avec son bâton de marche. Il avise un chevreuil et par jeu le met en joue avec son bâton et fait mine de tirer. Le chevreuil tombe mort, atteint d’une balle en pleine tête. Quelle explication donnez-vous ?

– Oh, c’est simple, répond le vieil homme, tout simplement et par une coïncidence amusante, un chasseur se trouvait là qui a tiré et tué le chevreuil.

– Bien, réplique alors le médecin, c’est bien là où je voulais en venir…

  • Le premier article du mois, pourtant , n’est pas gai, mais c’est celui qui est venu sous ma plume : Inconnu à cette adresse de Kressmann Taylor.
  • Un aperçu d’une passionnante conférence vous donnera peut-être envie d’en savoir plus sur l’Art Nouveau et le style nouille et l’art Déco de vous promener à Nancy.
  • Retour à la mythologie avec la belle Sémiramis
  • et enfin une recette de mousse au chocolat
  • Je tiens aussi à rendre hommage à mes collègues Personnels de Direction de l’Éducation Nationale qui rendent leurs palmes académiques en signe de désaccord profond avec ce que devient peu à peu cette grande maison. Je sais l’effort qu’il en coûte et même le déchirement : cette distinction est la seule marque de reconnaissance de tellement d’heures de travail dans l’ombre, parfois de prise de risque, de qualités et de compétences inlassablement mises en œuvre.  Pas un mot de leur ministre en réponse à ce geste fort : quel mépris d’un médiocre envers de si belles âmes !

février 2010


Apremont - un des plus beaux villages de France
Apremont - un des plus beaux villages de France

En ce mois où l’on fête les amoureux, une citation tout à fait romantique de Bob Dylan :

There’s beauty in the silver, singing river

There’s beauty in the sunrise in the sky

But none of these, and nothing else

Can touch the beauty that I remember

In my true love’s eyes

Détail : l’emploi de « remember » , se souvenir et non voir. Les souvenirs seraient-ils plus beaux que le présent ?

Un autre extrait, qui n’a rien à voir. Il s’agit cette fois du poète Rutebeuf et de notre belle langue ancienne. Le roi qui accueille le poète lui fait bonne chère,  littéralement « bon visage » c’est-à-dire « bon accueil ». Peu à peu, l’idée de bon accueil signifiait aussi bon repas et avec peut-être une confusion « chère/chair », l’expression signifie maintenant bien manger.

Et il m’enquist : « comment vous noume

La gent de vostre conissance ?

– Sire, sachiez bien sans doutance

Que hom m’apele Rutebeuf

Qui est dit de rude et de buef

Rutebeuf, biaux très doulz amis,

Puisque Dieux saians vos a mis

Moult suis liez de vostre venue

Je traduis pour plus de commodité :

Comment vous nomment les gens qui vous connaissent ?

Sire, sachez sans en douter que les hommes m’appellent Rutebeuf qui vient de rude et de boeuf.

Eh bien mon ami, puisque Dieu vous a amené jusqu’ici, je suis très heureux de votre venue.

Passons du visage avenant au sourire avec cette citation d’ Octavio Paz :

Dès que l’on comprend qu’on ne détient pas la vérité absolue et que toutes les vérités, en particulier politiques, sont relatives, on s’ouvre à l’ironie et à la pitié envers les autres et envers soi-même.

C’est ce qui manque à notre siècle, une résurrection de la pitié. Ce qu’il y a de si beau dans le boudhisme, c’est qu’il montre des sages qui sourient toujours. Et leur sourire exprime l’ironie et la pitié (…). Il faut introduire en politique le sourire des sages boudhistes.

Quoi de plus mystérieux qu’un sourire et son interprétation ? Ray Bradbury écrit :

He wore his happiness like a mask

De toutes façons, il ne faut bien sûr pas confondre sourire et bonheur. J’en profite pour rendre hommage à un chef d’établissement, martyrisé par une maladie incurable qui l’obligeait parfois à s’arrêter au coin d’un couloir pour reprendre souffle. Puis il repartait, ouvrait la porte d’un bureau et saluait chacun en souriant. « Vous comprenez, me disait-il, je leur dois mon sourire, je ne dois pas leur faire supporter ma souffrance ».

Reste le sourire du Cheshire cat de Lewis Carol, qui est la dernière chose qui subsiste, flottant dans l’air, quand tout a disparu ?

Pour la Chandeleur, dégustez une crêpe « Suzette » : une crêpe arrosée d’un jus de citron et saupoudrée de sucre.

Et enfin un article sur la conjugaison