Avril 2011


Lyon Parc de la Tête d'Or
Lyon Parc de la Tête d'Or
  • Combien de printemps ?

Voici venu mars et la danse du printemps

un rayon de soleil et une timide primevère pointe son nez

l’exemple est vite suivi et le pré se couvre de touffes colorées

Les violettes entrent dans la danse

et exhalent leur suave parfum

comme ça, pour rien

Alors c’en est fini de la candide pudeur au ras du sol

et les narcisses dressent fièrement leurs corolles

accompagnés par les jacinthes odorantes

De petites feuilles vert tendre couvrent les branches grises

et des promesses d’autres fleurs : lilas, giroflées

sont autant d’annonces de jours meilleurs

Mais le temps s’accélère et à peine a-t-on vu le prunus

se muer en un gigantesque et incroyable bouquet

royalement offert aux gens qui passent

Que déjà la brise légère emporte un à un les pétales roses

qui jonchent bientôt le sol comme pour un mariage

tandis qu’à son tour le cerisier expose ses rameaux magnifiés

Et enivré par la splendeur de la Vie toujours renouvelée

Etourdi par la valse des ans

On se prend à penser, un rien mélancolique

Combien, combien me reste-t-il de printemps ?


  • La citation du mois nous vient de Confucius « La nature fait les hommes semblables, la vie les rend différents. »
  • J’aimerais partager aussi la découverte d’un auteur à l’humour irrésistible : Dean Koontz. Le roman déjanté s’intitule Jour Fatal.
  • et les articles

Michel Serres ( sur l’Education)

Priape, le protecteur des vergers

L’enfant intérieur (un peu de psycho sociologie)

l’Horloge – Charles Baudelaire

Aux Marches du Palais (ah, les chansons d’amour ! La fin vous surprendra peut-être.)

Publicités

3 commentaires sur « Avril 2011 »

  1. Bravo pour votre texte soulignant la beauté à portée de tous.
    Finalement le bonheur n’est pas si loin pour celui qui prend le temps d’apprécier tout ce qui nous entoure !

  2. Splendide Ann ! en ce qui me concerne, quand je vois ces délicats pétales au sol et déjà l’ arbre, qui les portait, se viriliser de feuilles vertes panachées de grenat, je me dis que je dois vivre chaque instant de ce printemps et l’ année suivante, c’ est de nouveau comme une première fois .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s