novembre 2010


ambiance d'un soir d'Automne au couvent des Ursuline de Saint-Denis
ambiance d'un soir d'Automne au couvent des Ursulines de Saint-Denis

En novembre, deux expositions conseillées :

  • Ernest Pignon Ernest au Musée d’Art et d’Histoire de Saint-Denis : magnifique mise en scène dans la Chapelle des Carmélites des représentations de l’extase par le peintre ou comment décrire l’indicible.

la calligraphie arabe ou plutôt les calligraphies arabes à l’Institut du Monde arabe. On apprend entre autres choses passionnantes qu’il existe une calligraphie spéciale pour les princesses.

de la lecture :

  • Des idées et des rêves – Arnaud Montebourg. Rêver puis croire qu’on peut le faire (Yes we can !)  et réfléchir ensemble aux 100 propositions très sensées du brillant avocat.
  • Le champ de la Praude – Madeleine Mansiet Berthaud (éditions Lucien Souny) – Un récit bucolique, émaillé de vocabulaire bressan et très bien documenté. J’ai cru me retrouver chez ma grand’tante à Feillens.  L’Education Nationale de l’époque est très bien vue.
  • Boris Cyrulnik – Je me souviens – émotion et réflexion.
  • Annie Proulx – Noeuds et dénouements : il y a du Zola, du Faulkner, du Steinbeck dans ce roman articulé autour des noeuds :  noeuds de marins, de dentellières, de sorcières… Noeuds de l’amour aussi, si difficiles à défaire et à refaire. Vivre à Terre Neuve, brr…
  • Jean-Claude Carrière – Contes philosophiques du monde entier : on rit beaucoup et on réfléchit aussi

Je cite un extrait de ce dernier ouvrage (C’est un chanoine qui parle):

Pour l’humilité, je ne crains personne

  • du théâtre par l’auteure et metteure en scène Myriam Boudénia. Vous pouvez lire par exemple  l’intéressante pièce Bouchouka, éditée par Alna et apprécier aussi les citations de Shakespeare, Rimbaud ou Lewis Caroll.  Du rythme, du rire et de la réflexion et c’est si bien écrit ! Voici un passage du prologue où un étrange personnage nommé le conteur s’exprime. Et à la fin de la pièce, oui, on se regarde.

Regardez-vous ! Vous êtes des égarés. Vous avez tout oublié, vous avez oublié tout le chemin alors que vous m’aviez promis.

Un proverbe :

C’est quand un arbre est couché qu’on en mesure la grandeur.

En cette période de Toussaint, je pense à certains de ceux qui nous ont quittés et dont on a mesuré la grandeur au vide qu’ils ont laissé.

Un merci à Alexandre Astier et Pascal Boille qui ont si gentiment dédicacé le livre de comptines et poésines qui vient de sortir pour Liova, le petit Prince de Saint-Denis.

Des articles :

Un peu avant l’heure, mais on commence déjà à y penser,  un conte de Noël inédit imaginé par le chat troubadour :

Et bien en accord avec la saison automnale :

Et en avance sur la saison printanière :

Toujours dans la mythologie :

Et enfin, un peu de gourmandise :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s