Arachné


dentelle arachnéenne

Arachné (cf le livre VI des Métamorphoses d’Ovide) est une jeune fille d’un milieu populaire.  Sa renommée provient uniquement de son excellence dans l’art du tissage. Elle ne doit rien à personne, n’a ni rang social élevé ni protecteur et self-made woman en quelque sorte, présente le défaut de caractère assez compréhensible d’être consciente de sa valeur et assez peu modeste sur le sujet.

Chacun de nous a certainement dans son entourage une jeune fille qui ne supporte pas les conseils et s’ irrite facilement…

 Bref, on vient de très loin admirer son travail  et le bruit court que pour atteindre un tel niveau d’excellence, il faut bien qu’elle ait bénéficié d’un professeur divin: Pallas Athéna en l’occurrence. Arachné nie farouchement et déclare même qu’elle peut le prouver en concourant contre sa divine rivale  et qu’on peut parier ce qu’on voudra qu’elle l’ emportera.

Fichtre! Parier n’importe quel enjeu qu’on va gagner contre un puissant est pour le moins hasardeux et la suite le prouvera, donnant par là  une leçon de politique ni que Perrault ni La Bruyère n’auraient désapprouvée.

Le concours a donc lieu : chacune s’installe, mêle les fils et les coloris et fait se mouvoir agilement la navette sans ressentir de fatigue.

Athéna représente des actions fondatrices. On la voit  faisant surgir l’olivier en frappant le sol de sa lance. Quelques exemples destinés plus particulièrement à sa rivale montrent la triste destinée de quelques mortels ayant manqué de respect aux dieux ou même simplement leur ayant déplu et qui devinrent montagnes ou oiseaux en représailles.

Arachné choisit de montrer des hommes et des femmes victimes d’abus de pouvoir des dieux en quelque sorte: tromperies ou viols sont habilement mis en scènes et encadrés. Le travail est superbe et dépasse sans conteste  celui de la déesse. De dépit et de colère, celle-ci frappe Arachné qui, trop fière pour supporter l’affront, se pend.

Athéna décide alors de sauver la jeune fille et allège son poids en la réduisant à la taille d’une araignée, toujours pendue au bout d’un fil.  Ses descendantes tissent des toiles que la science, notre dieu actuel, ne parvient toujours  pas à égaler.

Qui n’a pas admiré un matin d’automne une superbe et fugitive parure de dentelle ornée des diamants de la rosée, dernière création d’Arachné?

Publicités

2 commentaires sur « Arachné »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s